La vidéo en direct sur smartphones, un coup bas porté aux droits d'auteur?

le
0
La vidéo en direct sur smartphones, un coup bas porté aux droits d'auteur?
La vidéo en direct sur smartphones, un coup bas porté aux droits d'auteur?

Le "Combat de boxe du siècle" entre Manny Pacquiao et Floyd Mayweather s'est terminé sur la victoire de Mayweather, mais le combat, juridique, autour de la retransmission illégale d'événements payants par le biais de services de vidéo "live" pour smartphones ne fait que commencer.Samedi soir à Las Vegas le spectacle était tant sur le ring que derrière les - petits - écrans des smartphones de spectateurs, qui ont profité des services Periscope et Meerkat pour retransmettre le match en direct et en toute illégalité.Du coup, des milliers d'aficionados ont pu économiser les 100 dollars demandés par les chaînes du câble pour voir - sur leur téléviseur - Mayweather flanquer une raclée à Pacquiao.Dick Costolo, le patron de Twitter, à qui appartient Periscope, ne s'y est pas trompé, lui qui a tweeté après le combat: "et le gagnant est... @periscopeco". L'expérience est amère pour les détenteurs des droits, mais avec la multiplication des services de vidéo en direct, elle est appelée à se répéter.Déjà, le mois dernier, la chaîne payante HBO, voyant que la nouvelle saison de "Game of Thrones" était retransmise en direct sur smartphones, avait riposté en envoyant un avertissement à Periscope.La législation américaine sur les droits d'auteurs force les firmes comme Periscope ou Meerkat à retirer "rapidement" tout contenu soumis à copyright lorsque les ayants-droit en font la demande.Mais comment agir "rapidement" lors d'un événement ponctuel comme un match de boxe ou un concert?"La loi ne donne pas les moyens aux détenteurs de droits de poursuivre en justice les plateformes qui retransmettent des contenus diffusés en direct", relève pour l'AFP Bradley Shear, avocat spécialiste des questions de droits d'auteur.Dans leurs règles d'utilisation, Periscope et Meerkat prennent bien soin de souligner qu'ils prohibent toute retransmission de contenu soumis à droits ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant