La vidange chez le garagiste va coûter plus cher

le
0

Un arrêté prévoit de rendre la collecte des huiles de moteur usagées payante pour les garagistes. Une décision qui va directement se répercuter sur la facture de l'automobiliste, à hauteur de 70 centimes environ, par vidange.

Les automobilistes risquent de voir la facture s'alourdir lors du passage chez le garagiste. La collecte des huiles usagées va en effet devenir payante pour le client, en raison d'un arrêté, qui sera publié à la fin du mois de juillet, rapporte Le Parisien , ce mardi. Résultat, les prestations de vidange vont voir leur prix s'accroître de 70 centimes environ, selon la Fédération Nationale de l'Artisanat Automobile (FNAA). Les tarifs varient entre 30 euros (pour une vidange simple sans le changement du filtre) à 150 euros. Tout dépend du modèle du véhicule et du type d'huile.

»» Lire aussi: Le budget de l'automobiliste a baissé en 2015 … sauf pour les voitures hybrides

Jusqu'ici la collecte des huiles de moteurs usagées était réalisée, gratuitement, par 49 entreprises agréées par l'Etat, comme le groupe Chimirec ou Veolia. Les déchets étaient alors revendus à des usines spécialisées, et ainsi être réintroduits sur le marché, sous la forme d'huilex recyclées. Sauf que le prix de ces huiles a considérablement baissé, en raison de la chute des prix du pétrole. Entre janvier 2015 et avril 2016, il est ainsi passé de 211 euros à 75 euros, la tonne. Résultat, la rentabilité de la filière diminue. «Depuis plusieurs mois, la filière de collecte perd 1 million d'euros par mois», soutient Jean-François Martin, président des ramasseurs agréés d'huiles usagées au CNPA (Conseil National des Professions de l'Automobile), au Figaro.

Les huiles usagées sont déjà taxées

Certains garagistes se retrouvent donc avec des stocks de déchets conséquents, car les entreprises de collecte ne viennent plus. D'autres ramasseurs agréés profitent de la situation, et facturent la collecte dans des «prestations annexes». «Les garagistes sont pris en otage», assène Estelle Boucly, chargée de mission environnement à la FNAA, au Figaro. «Aujourd'hui, les prestataires imposent aux garagistes de s'engager sur un contrat d'un an».

Avec ce nouvel arrêté les collecteurs vont rendre leur service payant, de manière toute à fait légale, sur une durée d'un an. «Les calculs réalisés par nos experts estiment que cette hausse serait de 15 centimes par litre», estime Estelle Boucly. «Pour une vidange, cela représente entre 0,60 et 0,70 euros de plus sur la facture de l'automobiliste». Jean-François Martin affirme de son côté que «la hausse ne devrait être que de 50 centimes par vidange». «L'impact sur la facture des automobilistes sera relativement faible», soutient-il. «L'objectif est de compenser, a minima, les coûts de collecte des ramasseurs».

Paradoxalement, une taxe est déjà imposée par l'Etat, la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), existant depuis 2000. Au 1er janvier 2016, ce taux est fixé à 48,56 euros la tonne, pour l'année. Si ces prélèvements atterrissent bien dans les caisses de l'Etat, leur affectation semble très loin d'être transparente. Pour le consommateur, cela signifie, à terme, qu'il va devoir payer le recyclage des huiles de moteur à deux reprises, lorsque l'huile est achetée, et lors de la vidange. Une réunion des professionnels du secteur doit avoir lieu, avec le ministère, à la rentrée prochaine.

»» Lire aussi: Quelle assurance pour une location de voiture?

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant