La victoire des Blacks en questions

le
0
La victoire des Blacks en questions
La victoire des Blacks en questions

Au terme d'un combat énorme, la Nouvelle-Zélande a dominé l'Afrique du Sud (20-18) pour décrocher son billet pour la finale. L'engagement et le suspense ont pris le dessus sous la pluie londonienne.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A LONDRES

Quelle était l'ambiance ?

Evidemment, Twickenham affichait complet pour ce 91eme affrontement entre la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud, avec 80 090 spectateurs. Les supporters des deux équipes sont arrivés très tôt, notamment pour assister à l'arrivée des Blacks seulement 1h15 avant le coup d'envoi. Puis bien sûr pour les hymnes et le haka. Comme pour les Bleus à Cardiff, les Sud-Africains ont eu le droit au « Kapa o Pango » auquel les supporters des Boks ont répondu par des chants en tribunes. Fourie du Preez et les siens, eux, sont restés de marbre. Unis en ligne. Une fois le coup d'envoi donné, l'ambiance a été plutôt tranquille, peut-être à cause de la pression liée à un tel match. Sans grande effusion si ce n'est sur l'essai marqué dès la sixième minute par Jerome Kaino. Cinq minutes avant la mi-temps, le public a grondé après un coup de sifflet de Jérôme Garces alors que JP Pietersen filait à l'essai. Le contingent néo-zélandais en tribunes s'est fait plus discret au fil des minutes lorsque son équipe a été dominée sous la pluie. Mais le drop de Dan Carter, à la 46eme minute, a réveillé les fans néo-zélandais. L'explosion de joie a eu lieu à la 51eme minute sur l'essai de Beauden Barrett, entré quelques minutes plus tôt. La fin de match a été stressante. Alors forcément, ça s'est ressenti au bord du terrain. Surtout avec seulement deux points d'écart à douze minutes de la fin. La tension est alors montée en intensité jusqu'au coup de sifflet final et la victoire à l'arrachée des Blacks, en lice pour un nouveau sacre la semaine prochaine.

Quelle a été la physionomie de la rencontre ? 

« Ce sera brutal ». Le capitaine Richie McCaw avait annoncé la couleur la veille en conférence de presse. Comme toujours dans ces confrontations entre Boks et Blacks, l'engagement physique a été énorme. Surtout de la part de l'Afrique du Sud qui a été particulièrement impressionnante dans les rucks durant les quarante premières minutes. Schalk Burger et les autres ont pesé d'énormes soucis à leurs adversaires, avec quatre ballons récupérés. Les Néo-Zélandais se sont mis à douter, à l'image de ce carton jaune pris par Jerôme Kaino à la 38eme minute (le quatrième pour les Blacks dans cette Coupe du monde, seule la Namibie ayant fait pire dans ce domaine). Un carton qu'aurait d'ailleurs pu prendre Jo Moody quelques minutes plus tôt. Le match a été aussi fermé qu'intense grâce notamment à l'impact physique des Boks qui ont basculé avec quatre points d'avance à la pause (12-7). Réalistes, solides en défense et agressifs, Du Preez et ses partenaires ont été très costauds. Mais, les joueurs de Steve Hansen, bien que malmenés, se sont accrochés. Et après un long de temps de jeu, ils sont parvenus à inscrire un deuxième essai pour reprendre le score (12-17) et ainsi signer un dix-zéro en ce début de deuxième période. Le combat a été énorme, comme sur ce ballon porté par les Boks à l'heure de jeu. Tout restait possible durant les dernières minutes puisque Lambie a permis aux siens de revenir à seulement deux points des Blacks (68eme). On a alors senti un peu de panique chez les deux équipes, pas aidées par les conditions météo, avec des ballons tombés, des coups de pieds approximatifs et des alignements en difficulté. C'est finalement la Nouvelle-Zélande qui a conservé son avantage pour s'imposer au forceps.

Qui a gagné le duel d'ailiers ?

C'était évidemment l'un des duels les plus attendus de cette demi-finale. D'un côté, le Néo-Zélandais Julian Savea, de l'autre le Sud-Africain Bryan Habana. Auteur de ses 37eme et 38eme essais (en 39 sélections) contre la France la semaine passée, le All Black de 25 ans était bien sûr considéré comme l'un des grands dangers de la rencontre. Meilleur marqueur de la compétition avec huit essais, il passait surtout un gros test contre les Boks, face à qui il n'avait encore jamais marqué. En face, l'ailier du RCT aux 115 sélections, meilleur marqueur de la compétition il y a huit ans pour le titre mondial décroché par son équipe, avait également des atouts à faire parler. Notamment son talent sur les ballons aériens comme celui capté très haut à la 19eme minute, à l'origine de la troisième pénalité de Handre Pollard. Il avait aussi tenté un coup de bluff en début de match sur la transformation de Dan Carter pour le gêner. En première période, ni Savea ni Habana n'auront vraiment eu l'occasion de s'illustrer dans ce match fermé. Au retour des vestiaires, Savea s'est surtout signalé par un beau raté près de l'en-but adverse. Pas plus de réussite pour Habana qui a même écopé d'un carton jaune pour un en-avant volontaire (52eme), quelques secondes avant le deuxième essai des Blacks. Peu de temps après être revenu en jeu, le champion du monde 2007 a sauvé son équipe en plongeant dans son en-but. Pour le reste, pas grand-chose à se mettre sous la dent pour ces deux ailiers stars sevrés de bons ballons.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant