La verrière du passage Choiseul rénovée

le
0
235.000 ? devraient être alloués par la Ville pour cette rénovation.

On les appelait «vaisseaux de lumière». Sur une quarantaine de ces passages couverts construits vers 1820 dans la capitale, il n'en reste plus qu'une vingtaine aujourd'hui. Plutôt délabrés. Et pour cause, ces passages sont privés. Leur entretien est donc à la charge de multiples propriétaires qui n'ont pas toujours les moyens de financer les parties communes comme les verrières ou les sols en mosaïques. Consciente de l'importance de sauvegarder ce patrimoine architectural et historique, la Ville de Paris avait déjà proposé aux copropriétés de douze passages parisiens de financer les travaux à hauteur de 12 %, à condition que les lieux restent ouverts au public. Entre 2004 et 2005 une convention a ainsi été signée pour rénover les passages Vendôme (IIIe), Brady (Xe) et Ponceau (IIe). Aujourd'hui c'est celui de Choiseul (IIe), le plus grand de Paris avec ses 190 mètres de long, qui nécessite d'urgence une remise à neuf. Dans ce passage, construit en 1825 par

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant