La vente en ligne des lunettes facilitée

le
7
Les députés ont voté lundi soir deux amendements à la loi Hamon sur la consommation qui libéralisent la vente en ligne de lunettes de vue.

Faut-il s'attendre à une révolution dans le commerce des lunettes de vue? L'article voté lundi soir par l'Assemblée nationale dans le cadre de la loi Hamon sur la consommation en fait le pari, en facilitant la vente sur Internet. Michel-Édouard Leclerc, président des centres Leclerc, avait salué dans l'après-midi cette mesure, qui ouvre un marché «peu concurrentiel et opaque». Tout comme l'association UFC-Que choisir, qui souligne, qu'«à qualité équivalente, les prix peuvent être jusqu'à 50% plus bas sur Internet».

Cela entraînera une économie pour les Français de «1,3 milliard d'euros», affirme Benoît Hamon, ministre chargé de l'Économie sociale et solidaire et de la Consommation. Deux mesures sont prévues dans la loi. Il ne sera ainsi plus nécessaire d'être opticien pour tenir un magasin d'optique, à condition d'employer un ou plusieurs diplômés. Mais la vraie mesure innovante, c'est la possibilité pour l'ophtalmologiste de mentionner l'écart pupillaire sur l'ordonnance. C'était le frein principal à la vente en ligne, les sites Internet devant se contenter d'une photo pour faire leurs calculs.

Le gouvernement espère une baisse des prix

Toutes les lunettes de vue ne sont pas concernées. «Les verres unifocaux, qui représentent 70% des ventes, ne nécessitent qu'une mesure, celle de l'écart pupillaire. Mais, pour les verres progressifs, plus chers, il faut calculer également la hauteur de montage, ce que l'ophtalmologiste ne peut pas faire sans la monture et le site Internet sans le patient», explique François-Xavier Jombart, directeur général de la chaîne low-cost Hans Anders France.

L'ouverture de ce marché entraînera une baisse des prix de 20% et donnera un accès aux lunettes aux quelques trois millions de Français qui renoncent aux soins optiques, espère le gouvernement. Les opticiens ne croient pas au succès de l'Internet dans ce domaine. Les ventes en lignes sont de l'ordre de 5% dans les pays d'Europe qui s'y lancés avant la France, souligne l'un d'entre eux. Ce qui ne les empêchent pas de redouter un recul de 5% à 10% du marché des lunettes de vue, qui s'élevait à 3,6 milliards d'euros en 2012, au cours des deux prochaines années.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sigersg le mardi 17 déc 2013 à 13:56

    hans anders qui intervient pour vanter le mérite des opticiens,c à pleurer de rire;ces financiers venus faire du law cost en optique en vendant du bas de gamme chinoisse sentiraient ils menacés?vous les verrez bientôt adhérer au syndicat des opticiens indépendants

  • sigersg le mardi 17 déc 2013 à 13:43

    2 précisions au sujet des "nouvelles" dispositions hamon (ou comment se faire mousser en reprenant les inexactitudes de que choisir)cela fait au moins cinquante ans que des"non diplomés"possèdent des magasins d'optique; la seule nouveauté c que les diplomés sont actuellement pléthore; ce qui rend ce c

  • ma.julie le mardi 17 déc 2013 à 13:30

    Qu'y avait-il de "difficile" avant ?J'achète mes lunettes sur le net depuis fin 2009.Pas besoin de pondre une nouvelle loi...

  • bearnhar le mardi 17 déc 2013 à 13:29

    Si l'optique et le dentaire sont si chers, déjà l'état peut mettre la TVA à zero...pas de danger.Et pourtant, des produits d'une si imperieuse nécessité, ne devraient pas etres taxés.Essilor, qui est contre la vente de ses produits sur internet, en France, les vend sur internet aux States, se f... carrément de notre pomme.

  • graft le mardi 17 déc 2013 à 13:06

    La course au moins chere va baisser la qualité de ce qui sera vendu.De plus quand on aura fini cette course au low coast, que restera t'il comme emploi en France?Ne vous leurrez pas, les clients seront peut être gagnant sur le cour terme mais sur le long terme nous sommes en train de nous tirer une balle dans le pied, nos emplettes sont nos emplois mais surtout ceux de nos enfants!C est bien de consommer moins cher mais encore faut il avoir du travail!

  • a.guer le mardi 17 déc 2013 à 12:57

    Qui est assez barjot pour acheter des lunettes sur internet, donc sans pouvoir les essayer ?

  • glaty le mardi 17 déc 2013 à 09:48

    « à qualité équivalente, les prix peuvent être jusqu'à 50% plus bas sur Internet».ET MONTEBOURG QUI FUSTIGE LE PATRON DE FREE QUI VEND SES FORFAIS MOINS CHERE QUE SES CONCURENTS .. ET POUR LES LUNETTES VENDUES JUSQU'A 50% IL NE DIT RIEN .. Mais c'est quoi ce TRAFIQUE AU GOUVERNEMENT