La varicelle : bénigne...mais pas toujours

le
0
INFOGRAPHIE - Rarement sévère, cette maladie virale peut cependant se réveiller bien plus tard sous la forme d'un zona.

Jadis appelée «vérette», «petite vérole volante» ou «vérolette», la varicelle a toujours affiché dans ses noms son absence de gravité. Cette maladie très contagieuse de la petite enfance est en effet le plus souvent bénigne et indolore. Mais elle peut aussi donner lieu à de rares complications immédiates ou à distance quand le virus de la varicelle, latent depuis des années, se réveille sous forme de zona.

Crédit photo : Flickr/PhylB.
Crédit photo : Flickr/PhylB.

Peu d'enfants échappent à la contagion. Si, à 15 ans, 10 % d'entre eux n'ont pas encore eu la varicelle, à 20 ans, 96 % des sujets sont immunisés. Son incidence, estimée grâce aux médecins du réseau Sentinelles, était de 766.323 cas pour l'année 2010. «En l'absence de politique de vaccination généralisée, elle est assez stable d'une année sur l'autre et reflète la circulation naturelle du virus dans la population», précise le Pr Emmanuel Grimprel, pédiatre-infectiologue (hôpital Trousseau, Paris).

Fav...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant