La vallée de Chamonix se prépare à la fin de la neige

le
0
LA VALLÉE DE CHAMONIX-MONT-BLANC VEUT ÉVOLUER POUR S?ADAPTER AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
LA VALLÉE DE CHAMONIX-MONT-BLANC VEUT ÉVOLUER POUR S?ADAPTER AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

LYON (Reuters) - Après un siècle de prospérité assise sur la manne de l?or blanc, la vallée de Chamonix-Mont-Blanc, troisième site le plus visité au monde, entend adapter son économie touristique au changement climatique qui risque de faire disparaître la neige.

"Que sera le tourisme alpin dans dix ans?" s?inquiète Bernard Prud?Homme, directeur général de l?Office du tourisme de Chamonix en constatant les effets du réchauffement.

L?Atlas du Mont-Blanc, qui permet de mesurer l?évolution du glacier sous l?effet du réchauffement climatique, note en effet que celui-ci a reculé de 3,8 mètres par an ces 20 dernières années. Pour les mêmes raisons, la végétation s?élève d?une dizaine de mètres tous les quinze ans et la faune sauvage ne doit son maintien sur place qu?à l?intervention de l?homme.

L'environnement du site haut-savoyard est également affecté par les activités des 2,7 millions de touristes de 50 nationalités qui y défilent chaque année.

Anticipant le déclin attendu de l?économie blanche, la station de Chamonix-Mont-Blanc, qui réalise 300 millions d?euros de chiffre d?affaires par an, mise désormais sur un "écotourisme" qui devra s?appuyer sur le patrimoine, l?histoire et la culture de la vallée.

"Le tourisme de masse tel que nous l?avons vécu est obsolète, nous devons imaginer une nouvelle approche, un tourisme alternatif, plus doux, qui respecte le plan climat", estime Bernard Prud?Homme.

UNE HISTOIRE DE 270 ANS

Chamonix s?est donc alliée à ses voisins suisses et italiens afin de présenter une candidature commune au classement du patrimoine mondial de l?Unesco, ce qui constituerait une première mondiale pour ce type de site.

"Notre objectif est de faire classer l?alpinisme au nom des sites naturels", explique Bernard Prud?Homme. "On a une histoire de 270 ans à faire partager."

La Vallée de Chamonix-Mont-Blanc s?apprête pour ce faire à lancer en mai "Itinério", une application téléchargeable au concept encore inédit en France.

Elle décline cinq premiers parcours géoguidés à travers les montagnes, deux parcours en train, et trois lieux d?exposition, permettant d?explorer le patrimoine local, géologique, de la neige et des glaciers, jusqu?aux hommes qui ont fait la vallée en passant par la faune et la flore.

Chamonix a aussi commencé à travailler sur les déplacements en encourageant les transports en commun.

"Il faut que le service de bus devienne gratuit, que les dessertes en train augmentent de fréquence", explique le directeur de l?Office du tourisme qui propose déjà au public des locations de vélos électriques à bas coût.

Les autorités locales se montrent confiantes dans le succès de leur candidature à l'Unesco.

"Le ministère de la Culture est prêt à nous soutenir, nous avons des chances d?aboutir d?ici deux ou trois ans", estime Bernard Prud?Homme.

Il se dit prêt à accueillir les visiteurs japonais, plus seulement pour faire quelques pas sur la mer de glace. Certains tour-opérateurs nippons programment désormais des circuits exclusivement dédiés aux sites classés au patrimoine de l?Unesco.

(Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant