La vallée de Chamonix lance le premier cadastre énergétique

le
0

Une équipe de scientifiques a fait le bilan cartographique de la consommation énergétique de 10.000 bâtiments dans la vallée alpine. Le but, partant de cette analyse, est de proposer aux personnes et aux entreprises les meilleurs solutions énergétiques.

La démarche a été lancée voici deux ans. Elle émane à la fois de la communauté de communes de la vallée de Chamonix et des six communes de Martigny, situées sur le versant suisse du Mont-Blanc, qui ont travaillé ensemble main dans la main. Les conclusions opérationnelles - qui sont présentées cette semaine - ont bénéficié en amont des travaux de plusieurs équipes scientifiques. Le projet «Planeter» (pour Planification énergétique terriroriale), c'est le nom de cette initiative, établit d'abord un bilan cartographique de la consommation énergétique de quelque 10.000 bâtiments (publics et privés) situés dans la région et propose ensuite un éventail de solutions au service d'une plus grande efficacité énergétique. Autrement dit, il s'agit de savoir très exactement qui consomme quoi en matière d'énergie pour que les habitants et les entreprises implantés dans la vallée puissent ensuite faire les choix les plus adaptés à leurs besoins. Ce cadastre énergétique est une grande première en France, ne manquent pas de rappeler ses instigateurs.

Sur les questions de financement, Éric Fournier, le maire de Chamonix, rappelle que Planeter est un programme de coopération européenne, qui a bénéficié de crédits en ce sens, à hauteur de 400.000 euros. L'élu met en exergue l'important travail d'analyse effectué par les chercheurs mais souligne aussitôt que celui-ci ne serait rien sans sa traduction opérationnelle: «L'ensemble de la zone recouverte par les différentes communes a été divisée en parcelles énergétiques: selon son lieu d'habitation ou de travail, chacun peut cliquer sur la parcelle en question - un site Internet spécialement dédié a été créé - et prendre connaissance de tous les paramètres énergétiques qui l'entourent.»

Politique énergétique bas carbone

Actuellement, la communauté de communes de la vallée de Chamonix compte quelque 14.500 habitants mais ce chiffre peut monter jusqu'à 120.000 au pic de la saison touristique, en été comme en hiver. «Nous sommes engagés depuis longtemps dans une politique énergétique bas carbone avec la volonté de protéger au maximum la très forte dimension environnementale de notre région, poursuit Éric Fournier. Le cadastre énergétique nous fournit un outil supplémentaire en ce sens; par exemple, au moment de travailler sur le plan d'urbanisme local, nous disposons d'un nombre important de données supplémentaires.»

Concrètement, quels projets énergétiques pourraient être activés à partir de ce cadastre? «On raisonne toujours à partir d'une consommation de la parcelle et les propositions de choix énergétiques sont faites en fonction du potentiel recensé: solaire, géothermie ou autre, répond l'élu. À une échelle plus large, la petite hydraulique est un vecteur de production susceptible d'être étendu en fonction des besoins recensés.»

Les artisans du projet Planeter se réjouissent enfin qu'il favorise le dialogue entre les différents acteurs en présence, qu'il s'agisse des pouvoirs publics, des entreprises, des bureaux d'études et bien sûr des spécialistes de l'énergie. Avec cette même volonté de consommer moins mais mieux.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant