La valise en cuir rouge de Margaret Thatcher s'arrache pour 334 000 euros

le , mis à jour à 22:14
0
La valise en cuir rouge de Margaret Thatcher s'arrache pour 334 000 euros
La valise en cuir rouge de Margaret Thatcher s'arrache pour 334 000 euros

C'est une pièce historique qui a enflammé la vente aux enchères. La fameuse valise en cuir rouge contenant les documents confidentiels des Premiers ministres britanniques ayant appartenu à Margaret Thatcher a été vendue 242 500 livres (334 000 euros), lors d'enchères organisées mardi à Londres par Christie's.

Margaret Thatcher a été à la tête du gouvernement du Royaume-Uni de 1979 à 1990. Elle est morte le 8 avril 2013 à l'âge de 87 ans.

Estimée initialement entre 3000 et 5000 livres (4200 et 7000 euros), la valise a été arrachée par l'acheteur derrière le numéro 109 au terme d'enchères enflammées clôturées par le coup de marteau de Jussi Pykkanen, sous les applaudissements de la salle.

Frénésie autour des artefacts historiques

Cette pièce est l'une des plus emblématiques des quelque 200 effets personnels de l'ancien Premier ministre proposés mardi à la vente par Christie's. Quelque 200 autres pièces sont proposées en ligne depuis le 3 décembre, jusqu'à mercredi.

Les objets historiques ont eu plus de succès que les habits de la Dame de fer : le simple document signé sur lequel est noté la fameuse prière de Saint François d'Assise prononcée à son arrivée au 10 Downing Street, estimé entre 600 et 900 livres, est parti à 37 500 livres. La robe de mariée en velours bleu, présentée en premier et estimée entre 10 000 et 15 000 livres, n'a coûté que 25 000 livres à un acheteur d'Oman. 

Quelque 200 acheteurs suivaient la vente en ligne et beaucoup d'autres au téléphone, depuis l'Autriche, la Corée du Sud, l'Australie ou encore la Californie (États-Unis).

Ces pièces, vendues au profit des enfants de la Dame de Fer, Mark et Carol, ainsi que de ses petits-enfants, avaient été au préalable proposées au Victoria and Albert Museum de Londres, le plus important musée du monde en matière d'arts décoratifs et de design. Mais l'établissement a refusé de les exposer.

David Cameron avait égaré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant