La valeur du jour en Europe - SIKA réussit à augmenter encore sa valorisation après un premier trimestre supérieur aux attentes

le
0

(AOF) - Mais où s'arrêtera Sika ? Depuis le début de l'année, le titre du fabricant suisse de matériaux de construction a gagné près de 28% et, sur un an glissant, bondit de plus de 61%. Ce mardi, Sika s'apprécie encore de 0,24% à 6 260 francs suisses, après avoir atteint en début de séance un nouveau sommet à 6 335 francs suisses. Cette nouvelle performance s'explique par le chiffre d'affaires particulièrement solide que le groupe a publié ce matin : Sika a en effet enregistré une croissance de 10,7% de son activité au premier trimestre 2017 clos fin mars à 1,389 milliard de francs.

Le consensus tablait sur 1,355 milliard de francs suisses et Bernstein en attendait 1,332 milliard. Ce dernier souligne que Sika a bénéficié d'un impact calendaire positif sur un an, avec des jours ouvrés supplémentaires, que l'analyste estime à 2%. En plus de dépasser les attentes des investisseurs et des analystes, Sika a enregistré une nette accélération de son activité au premier trimestre : le premier trimestre 2016 s'était soldé sur une croissance déjà solide de 8,3%.

La surperformance est particulièrement impressionnante en Amérique du Nord où Sika a vu ses volumes progresser et a bénéficié à hauteur de 9,7% des acquisitions réalisées dans la région. Au total, la croissance du groupe sur ce marché s'est élevée à 19,2% contre 12,6% sur les trois premiers mois de 2016.

Dans les autres régions, tous les feux sont également au vert pour le groupe suisse. Ce dernier a confirmé sa perspective annuelle d'une croissance de 6 à 8% de son chiffre d'affaires à plus de 6 milliards de francs suisses et d'une hausse forte de son bénéfice opérationnel et de son bénéfice net. Concentré sur l'extension de son réseau d'usines à travers le monde, Sika prévoit l'ouverture de huit nouvelles implantations cette année et la création de trois filiales nationales.

Si la solidité de l'activité au premier trimestre est en soi un motif de satisfaction pour Sika, elle permet aussi de repousser encore la menace d'une prise de contrôle du français Saint-Gobain. Depuis plus de deux ans, le management du groupe suisse lutte contre cette opération qui permettrait à Saint-Gobain de détenir plus de 50% des droits de vote avec seulement 16% du capital de Sika. Mais compte tenu de la valorisation de la cible, l'offre faite par le Français à la famille Burkard, actionnaire de référence de Sika, n'offre plus, selon les derniers calculs de Bryan Garnier, qu'une prime marginale d'environ 2%.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant