La valeur du jour en Europe - PEARSON dévisse : la forte baisse des ventes occulte le maintien des perspectives

le
0

(AOF) - Pearson chute de 9,31% à 755 pence, au plus bas pour le mois d'octobre, après avoir enregistré une baisse de ses ventes plus prononcée que prévu sur les neuf premiers mois de son exercice. Entre janvier et fin septembre, le groupe d'édition britannique a vu son chiffre d'affaires reculer de 3%, dont -7% en organique (underlying growth). Cette baisse est identique à celle enregistrée à l'issue du premier semestre alors que les économistes s'attendaient à une légère amélioration de la tendance : selon Reuters, le consensus était de -5%.

Recentré sur l'édition pour l'éducation et la littérature après les cessions de ses actifs dans la presse - FT et participation dans The Economist - Pearson est particulièrement exposé au premier segment aux Etats-Unis. Or, ses ventes à neuf mois sur ce marché ont chuté organiquement de 9%, là encore dans la lignée de l'évolution à six mois.

Pearson a mis cette contreperformance sur le compte d'une gestion des stocks défavorable chez ses distributeurs en juillet et août. Les mesures prises se sont traduites par une baisse des ventes brutes et une hausse des retours. Cet argument a été à nouveau martelé par Pearson lors de la conférence de presse mais laisse les analystes de Liberum perplexes. "Pour la deuxième année de suite, nous entendons cet argument de la gestion des stocks pour expliquer la faiblesse des ventes", notent-ils, précisant que Pearson craint de ne pas pouvoir rattraper le retard pris sur les neuf derniers mois au dernier trimestre.

Dans ce contexte de déprime des ventes, Pearson en est réduit à racler les fonds de tiroirs pour préserver ses marges. Le groupe a maintenu son objectif de 350 millions de livres sterling d'économies par an mais, là encore, le modèle pourrait bien atteindre rapidement ses limites.

"La question pour les investisseurs est de savoir s'ils sont prêts à payer pour un titre valorisé 15 fois son bénéfice par action attendu en 2017, dont les ventes déclinent et dont les résultats sont essentiellement soutenus par des réductions de coûts", met en garde Liberum.

Il n'empêche, Pearson préfère laisser passer l'orage et maintient ses perspectives annuelles. Le groupe d'édition vise toujours un bénéfice opérationnel, hors coûts liés à sa restructuration, compris entre 580 et 620 millions de livres sterling et un bénéfice net, également ajusté, de 50 à 55 pence par action.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant