La valeur du jour en Europe - MARKS AND SPENCER lance la nouvelle phase de son plan de redressement

le
0

(AOF) - Après avoir hésité pendant plusieurs minutes, l'action Marks & Spencer (-1,2% à 344,8 pence) évolue désormais dans le rouge après la publication de résultats semestriels dégradés et l'annonce qu'il n'y aurait pas de dividende au second semestre. Les investisseurs ont pourtant commencé par bien réagir à la nouvelle étape du plan de redressement de l'enseigne lancé par Steve Rowe, arrivé à la tête du groupe en début d'année. Les mesures annoncées concernent essentiellement l'activité du distributeur à l'international et son patrimoine immobilier au Royaume-Uni.

Ainsi, Marks & Spencer a prévu de quitter 10 pays dans lesquels il est en perte, ce qui aboutira à la fermeture de 53 magasins. Parmi eux, les sept magasins du groupe en France seront fermés ainsi que ses 10 implantations en Chine. Le groupe va désormais baser son développement international sur des coentreprises et son réseau de franchises. L'objectif de ces redéploiements est clair : résorber les pertes annuelles de 31,5 millions de livres de l'activité internationale. Ces mesures devraient entrainer des coûts de 150 à 200 millions de livres dans les 12 prochains mois.

Concernant la rationalisation de son patrimoine immobilier, Marks & Spencer s'interroge notamment sur la pertinence de proposer l'intégralité de son offre (alimentaire et non-alimentaire) dans tous ses magasins. Le groupe va donc concentrer le non-alimentaire sur certains sites et ouvrir des magasins Simply Food : 200 ouvertures supplémentaires sont prévues d'ici la fin de l'exercice 2018/2019. Ces opérations vont coûter annuellement 50 millions de livres sterling au cours des trois prochaines années, a précisé le distributeur britannique.

Cette nouvelle phase du plan Rowe intervient quelques mois après l'annonce de mesures concernant exclusivement l'activité non-alimentaire de Marks & Spencer. Ces dernières - limitation des promotions, amélioration de l'offre - commencent à porter leurs fruits puisque la baisse des ventes non-alimentaires a ralenti au deuxième trimestre à -2,4% contre -8,3% sur les trois mois précédents. Sur l'ensemble du premier semestre, elles ont tout de même encore baissé de 5,3%.

Ce repli a toutefois été compensé par la croissance de 4% de l'alimentaire : la croissance totale de Marks & Spencer au premier semestre s'est élevée à 0,9%. Malgré cette résistance, le bénéfice imposable ajusté du groupe a baissé de 18,6% à 231,3 millions de livres.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant