La valeur du jour en Europe - LSE et DEUTSCHE BORSE : accord en vue d'une fusion

le
0

(AOF) - Deutsche Börse (+1,33% à 76,76 euros) a annoncé avoir conclu un accord pour une fusion avec son concurrent le London Stock Exchange (-0,55% à 2898 pence). Les deux opérateurs boursiers ont précisé que ce rapprochement, dont le projet avait été dévoilé fin février, leur permettrait d’économiser 450 millions d'euros par an d'ici trois ans, un montant supérieur aux anticipations des analystes.

Credit Suisse anticipait ainsi un peu plus de 350 millions d'euros de synergies, les opérations de fusions & acquisitions dans ce secteur se traduisant historiquement par des économies représentant près de 15% des coûts cumulés des deux sociétés. Mais elles devront dépenser d'abord 600 millions d'euros pour réaliser ces synergies.

Comme annoncé initialement, chaque actionnaire du LSE recevrait 0,4421 action nouvelle par action détenue et chaque actionnaire Deutsche Börse une action nouvelle par titre détenu. Sur cette base, les actionnaires de Deutsche Börse posséderaient 54,4% de la nouvelle structure et ceux du LSE 45,6%.

Les deux opérateurs boursiers ont également confirmé que le conseil d'administration de la société serait composé d'un nombre égal d'administrateurs des deux opérateurs boursiers. Carsten Kengeter, patron de Deutsche Börse, deviendra directeur général, tandis que Donald Brydon, actuellement président du LSE, sera aussi président de la nouvelle entité.

La fusion devrait être finalisée d'ici la fin de l'année ou au premier trimestre 2017.

Mais cette transaction, qui devrait aboutir à la création d'une société représentant près de 28 milliards d'euros de capitalisation, pourrait déboucher sur une bataille boursière. L'américain Intercontinental Exchange (ICE), qui possède le New York Stock Exchange, envisage en effet de faire une offre sur le LSE.

Selon Credit Suisse, la Bourse londonienne est un actif particulièrement convoité car sa chambre de compensation, LCH Clearnet, a un rôle clé à jouer pour déterminer le vainqueur à long terme sur les marchés des futures en Europe.

Une telle opération pourrait aussi entraîner une consolidation des places boursières de plus petite taille en Europe. Euronext étudierait ainsi trois options pour son avenir, affirme le quotidien Les Echos. Elle envisagerait de fédérer d'autres Bourses européennes, à commencer par Madrid. Les deux autres pistes sont un renforcement dans les infrastructures de marché (plates-formes de compensation et conservation des titres) et l'investissement dans de nouvelles technologies.


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant