La valeur du jour en Europe - ELECTROLUX encore malmené après l'annonce d'un plan d'économie dans le petit électroménager

le
0

(AOF) - La glissade du titre Electrolux continue ce matin à la Bourse de Stockholm où il perd 1,03% à 201,2 couronnes suédoises. L'action du groupe d'électroménager inscrit ainsi un nouveau plus bas annuel et retrouve son niveau d'octobre 2014. Depuis son niveau le plus élevé de 2015 (280 couronnes le 15 février dernier) la capitalisation d'Electrolux a fondu de 28%. Le groupe est toujours pénalisé par la rupture de l'accord portant sur l'acquisition des activités d'électroménager de General Electric et par l'annonce aujourd'hui d'un plan d'économies suite à cet échec.

Dans le détail, Electrolux cherche à économiser 120 millions de couronnes suédoises par an avec un programme qui devrait lui coûter 190 millions de couronnes et dont les premiers effets ne sont pas attendus avant fin 2016. Le groupe va donc réduire les effectifs de sa division Petit électroménager (Small appliances) et ses activités en Chine, Suède et Etats-Unis. L'acquisition des activités d'électroménager de GE aurait justement permis à Electrolux de renforcer sa présence dans ce pays. Au troisième trimestre, Electrolux a enregistré sa plus forte croissance en Amérique du Nord : +27,7% de hausses des ventes à 11,6 milliards de couronnes suédoises (37% du chiffre d'affaires trimestriel global). Surtout, le marché nord-américain est particulièrement rentable pour le groupe qui y a réalisé une marge de 6,4%, la plus forte de tous les territoires où le suédois est présent. Plus globalement, sur la base des résultats annuels 2013, Electrolux avait estimé que l'apport de la filiale de GE augmenterait d'environ un tiers son chiffre d'affaires annuel.

JPMorgan souligne d'ailleurs le nouveau rapport de force qui va apparaitre dans le secteur de l'électroménager en Amérique du Nord. Le broker met en perspective la nouvelle stratégie développée par un autre acteur du secteur, Whirlpool, axée sur la croissance quitte à peser sur ses marges, et rappelle que GE a toujours pour but de céder sa filiale. Le conglomérat américain pourrait ainsi se retrouver en faiseur de roi en Amérique du Nord et la rupture avec Electrolux met ce dernier dans une posture délicate. JPMorgan a abaissé son objectif de cours de 277 à 235 couronnes suédoises sur le groupe tout en maintenant son opinion Neutre.

Par ailleurs, Electrolux a confirmé ce matin les coûts engendrés par la rupture de l'accord avec GE. Bien que cette décision ait été prise à l'initiative du groupe américain, Electrolux va procéder au paiement de pénalités (break-up fees) à hauteur de 175 millions de dollars.

Par ailleurs, les résultats du quatrième trimestre seront impactés par des charges à hauteur de 175 millions de couronnes suédoises liées aux coûts provisionnés d'intégration et de transaction, ainsi que par les coûts correspondant au crédit-relais de 225 millions de couronnes obtenu par Electrolux.


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant