La valeur du jour en Europe - DEUTSCHE BANK reste sous pression

le
0

(AOF) - Si la grande majorité des banques européennes rebondissent, Deutsche Bank (-0,42% à 11,94 euros) reste sous pression après avoir déjà chuté de plus de 8% vendredi. L’action de la principale banque allemande avait été assommée par la menace d’avoir à payer un montant bien plus élevé qu’attendu pour régler un litige aux Etats-Unis. Cette perspective a de plus remis sur le devant de la scène une possible augmentation de capital.

A l'entame de négociations pour mettre fin à une enquête sur la vente de titres adossés à des créances hypothécaires, le ministère américain de la Justice a frappé fort en réclamant 14 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros). Comme d'autres établissements (Royal Bank of Scotland, Credit Suisse, UBS, Barclays et HSBC), la banque allemande est soupçonnée d'avoir trompé les investisseurs sur la qualité de titres adossés à des créances hypothécaires vendus avant la crise des subprimes.

Selon des sources proches de Deutsche Bank citées par le Wall Street Journal, les avocats de la banque jugeaient qu'un paiement compris entre 2 et 3 milliards de dollars serait un coût raisonnable pour clore ce litige. Dans une note publiée jeudi, JPMorgan indiquait pour sa part qu'un paiement de 2,4 milliards de dollars serait accueilli favorablement par le marché. Société Générale prévoyait de son côté un paiement de 5 milliards et Credit Suisse de 4 milliards de dollars.

Selon JPMorgan, une somme supérieure à 4 milliards de dollars nécessiterait des provisions pour litiges supplémentaires alors que ces dernières s'élevaient à 5,5 milliards d'euros à fin juin. Selon l'analyste, un tel montant ferait également ressurgir les interrogations sur le niveau de capital de la banque, qui est jugé insuffisant par certains investisseurs.

Avant l'annonce aux Etats-Unis, Société Générale estimait que la banque allemande était sous-capitalisée de 12,5 milliards d'euros en faisant l'hypothèse que les 5,4 milliards de provisions pour litiges de Deutsche Bank couvrent l'amende américaine et les sommes qu'elle aurait à payer dans les affaires de blanchiment d'argent en Russie et de manipulation des changes. Si cela n'était pas le cas, elle devrait lever un montant encore plus important sur les marchés. Le broker juge possible que Deutsche Bank doive lever en tout 20 milliards d'euros, soit un montant supérieur à sa capitalisation de 18 milliards, pour être solidement capitalisée. Credit Suisse évoque pour sa part un déficit en capital de 7 milliards d'euros pour que la banque atteigne le ratio de fonds propres durs de 13% exigé par les investisseurs.

Il s'élevait à 10,8% à fin juin et la cession de sa participation de 19,99% dans la banque chinoise Hua Xia Bank, attendue ce semestre, aura un impact positif de 40 points de base.


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant