La valeur du jour à Wall Street - La fusion entre PFIZER et ALLARGAN fait pschitt

le
0

(AOF) - La grande évasion n'aura pas lieu ! Pfizer et Allergan ont abandonné leur projet de fusion à 160 milliards de dollars. Monté pour des raisons essentiellement fiscales, ce rapprochement n'a pas résisté aux nouvelles mesures fiscales très agressives adoptées par le Trésor américain. C'est une belle victoire pour Barack Obama qui s'était publiquement offusqué que le premier groupe pharmaceutique américain puisse racheter Allergan, basé en Irlande, dans le but de se soustraire à l'impôt sur les sociétés de son pays. En Bourse, c'est Allergan qui a payé hier les frais de cet échec (-15% hier).

Après une telle chute, le titre du fabricant de Botox reprend un peu de hauteur cet après-midi (+3,14% à 243,33 dollars). Paradoxalement,  Pfizer, qui avait pourtant beaucoup à gagner dans cette fusion, n'est, lui, pas affecté. L'action, qui a gagné 2,12% hier, progresse de 2,45% cet après-midi.

En réalité, les investisseurs ne se faisaient guère d’illusion sur le dénouement de ce deal qui aurait représenté la plus grand évasion fiscale jamais réalisée par une entreprise américaine. En novembre dernier, l'annonce de l'opération avait suscité l’opprobre d'une grande partie de la classe politique américaine. Le Trésor américain avait immédiatement réagi en promettant la mise en œuvre de nouvelles mesures radicales. Il a tenu parole.

En renforçant la lutte contre l'inversion, un mécanisme qui permet aux entreprises américaines de délocaliser leur siège social dans un pays à taux d'imposition plus bas en achetant une société basée à l'étranger, l'administration a totalement annulé l'intérêt fiscal de l'opération.

Pfizer a préféré renoncer, craignant que la moindre modification visant à sauver l'accord ne déclenche la mise en place de nouvelles règles du Trésor, a révélé une source à Reuters.

Conformément aux règles usuelles dans ce type d'opération, Pfizer versera 150 millions de dollars à Allergan de remboursement des frais liés au projet d'accord.

Les nouvelles règles du Trésor menacent d'autres opérations, dont le projet de fusion de Johnson Controls (basé aux Etats-Unis) et Tyco (basé en Irlande) pour 16,5 milliards de dollars.

(P-J.L)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant