La valeur du jour à Paris - SOCIETE GENERALE chute sur des résultats et des perspectives décevants

le
0

(AOF) - En ce début d’année 2016 marqué par une profonde défiance vis-à-vis du secteur bancaire, ses membres ne disposent d’aucune marge d’erreur lors de la publication de leurs résultats. Société Générale en fait l’amère expérience et voit son action chuter de 12,64% à 27,445 euros, soit son plus bas niveau depuis juillet 2013. Elle a désormais perdu plus d’un tiers de sa valeur depuis le 1er janvier alors que le secteur a été pénalisé par les craintes à propos de son exposition au pétrole, du niveau des créances douteuses italiennes et par des résultats décevants (Deutsche Bank, Credit Suisse…).

Ceux dévoilés ce matin par Société Générale n'ont pas non plus été à la hauteur des attentes. Sur les trois derniers mois de 2015, son bénéfice net a bien progressé de 19,5% à 656 millions d'euros mais le consensus était plus élevé : 814 millions d'euros. Le produit net bancaire a, lui, reculé de 1,7% à 6,053 milliards d'euros.

Si le résultat net a profité d'une plus-value de 147 millions d'euros liée à la cession d'Amundi il a souffert d'une provision pour litige bien plus importante que prévu. Elle s'est élevée à 400 millions d'euros, soit le double de ce qui était attendu selon Kepler Cheuvreux. Comme d'habitude, la banque n'a pas précisé à quel litige elle était affectée. Le directeur général a tenté de rassurer les investisseurs en déclarant qu'il "n'y a rien de nouveau sur les litiges existants", selon Reuters. Société Générale fait notamment l'objet d'une enquête des autorités américaines pour savoir si elle a violé les règles d'embargo à l'égard de certains pays.

Sur l'ensemble de l'année, la banque a vu son résultat net part du groupe augmenter de 49,3% à 4 milliards d'euros pour des revenus en augmentation de 8,8% à 25,64 milliards.

Outre des résultats plus faibles que prévu, les investisseurs sanctionnent l'impossibilité pour Société Générale de confirmer son objectif d'une rentabilité des fonds propres de 10% à la fin de l'année contre 8,1% en 2015. La banque a mis en cause l'environnement économique et financier et l'augmentation des exigences en capital.

A ce sujet, la banque de la Défense a dévoilé un ratio de fonds propres durs en hausse de 80 points de base sur un an à 10,9% et supérieur de 10 points de base au consensus. Elle a atteint avec un an d'avance son objectif de 11% et ce ratio est aussi déjà plus élevé que le niveau de 9,75% exigé par les autorités européennes cette année. Le ratio de levier a, lui, atteint 4% à fin décembre, en ligne avec l'objectif de 4% à 4,5% à fin 2016.

Dernière mauvaise nouvelle, la banque versera un dividende de 2 euros par action au titre de 2015, un niveau inférieur au consensus (2,09 euros), mais bien supérieur à celui de 2014 (1,20 euro).


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant