La valeur du jour à Paris - SFR chute après le blocage de l'OPE d'ALTICE

le
0

(AOF) - Le 5 septembre dernier, l'annonce d'une OPE d'Altice sur les 22,5% du capital SFR qu'il ne détient pas encore avait fait bondir le titre de l'opérateur français de 6%. Aujourd'hui, l'annonce d'un blocage de l'opération par l'AMF fait chuter le titre SFR de plus de 5% à 25,19 euros. Dans un très court communiqué, l'Autorité a en effet indiqué qu'elle juge non conforme l'offre publique d'échange sur les actions SFR, sans donner plus de précisions sur les motifs de cette décision. L'AMF devrait publier ses motivations ce soir.

Dans un communiqué, Altice a dit "regretter" le blocage de l'AMF et se réserve le droit d'intenter un recours contre cette décision devant la Cour d'Appel de Paris. L'opérateur néerlandais estime que la décision de l'AMF a été rendue "en infraction avec les règles habituelles de régulation des marchés financiers".

Dans un entretien à Reuters, Michel Combes estime que l'AMF a basé sa décision sur les termes économiques de l'OPE : le ratio d'échange de huit actions Altice pour cinq titres SFR faisait ressortir une prime de 2,6% seulement pour les minoritaires du groupe français.

L'un de ces actionnaires, le fonds d'investissement Charity & Investment Merger Arbitrage Fund (CIMA Fund), avait envoyé une lettre à l'AMF le 19 septembre, dans laquelle il contestait les modalités de l'OPE. En plus de la valorisation, il pointait le manque d'indépendance des administrateurs mandatés par Altice pour coordonner les travaux de l'expert chargé de statuer sur l'opération. Ce matin, CIMA Fund se dit satisfait de la décision de l'AMF mais en attend les motifs précis.

Toutefois, les termes économiques de l'OPE ne sont sans doute pas les seuls griefs exprimés par l'AMF. En effet, on peut penser que les actionnaires sont dans leur rôle en les mettant en cause - ils auraient pu dans ce cas refuser d'apporter leurs actions SFR à Altice - mais que l'Autorité a sans doute d'autres angles d'attaque pour rendre une décision très rare.

Seuls trois autres refus de conformité ont été décrétés par l'AMF au cours des neufs dernières années : en 2007, deux décisions de ce type ont concerné une offre de rachat d'actions de Gecina et une OPE de Sacyr sur Eiffage ; en 2015, c'est l'OPE de Prologue sur O2i qui a été ainsi bloquée. Les motifs invoqués dans ces trois cas ont été les termes financiers, mais aussi la non-déclaration d'une action de concert et un manque d'informations.

Pour Thomas Coudry, en charge des télécoms chez Bryan Garnier, cet échec est clairement une "occasion manquée" pour Altice qui "nous avait plutôt habitué à un grand savoir-faire sur les opérations de haut de bilan et d'ingénierie financière." L'OPE aurait permis au groupe de simplifier sa structure et d'accroitre ses économies. Pour Barclays, le groupe néerlandais pourrait relancer l'opération en proposant une prime plus importante aux minoritaires de SFR.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant