La valeur du jour à Paris - PUBLICIS pénalisé par le ralentissement de sa croissance organique, notamment aux Etats-Unis

le
0

(AOF) - Publicis (-5,95% à 63,04 euros) signe la plus forte baisse du CAC 40 après avoir fait état d'un ralentissement plus prononcé que prévu de son activité au troisième trimestre. Sur cette période, le chiffre d'affaires du troisième publicitaire mondial a progressé organiquement de 0,2% (-0,4% en données publiées) à 2,3 milliards d'euros. Certes, Publicis avait déjà prévenu que sa fin d'exercice serait moins brillante que ses six premiers mois. A fin juillet, le groupe restait sur une croissance organique de 2,8%. Toutefois, les analystes anticipaient une hausse de 0,8%.

La contreperformance du troisième trimestre s'explique par le ralentissement enregistré en Amérique du Nord, premier marché de Publicis. Sur la période close fin septembre, le chiffre d'affaires du groupe dans cette zone a reculé en organique de 4% à 1,25 milliard. Le consensus était de -1,1%.

En Amérique du Nord, Publicis a d'abord, comme convenu, subi les effets des pertes de budgets des derniers mois. Des groupes comme P&G ou L'Oréal Etats-Unis ont par exemple récemment changé de prestataires pour leur communication média.

Ensuite, le segment digital de Publicis s'est montré moins dynamique que prévu aux Etats-Unis en raison d'un décalage entre les projets arrivés en fin de développement et les nouveaux qui n'ont pas encore atteint leur rythme de croisière. Si le groupe ne détaille pas les performances de ses deux marques phares dans ce domaine, Razorfish et Sapient, il indique que le chiffre d'affaires digital de l'Amérique du Nord a progressé de 0,3% au troisième trimestre. Il était ressorti en croissance de 2,5% à l'issue du premier semestre. Il était ressorti en croissance de 2,5% à l'issue du premier semestre. Publicis a accéléré dans digital il y plus d'un an et l'acquisition de Sapient. Cette activité a le mérite d'être plus rentable que les activités médias traditionnelles (affichage, télévision...).

Enfin, Oddo estime que Publicis est confronté à un ralentissement global du marché nord-américain de la publicité, rappelant qu'Omnicom a vu sa croissance ralentir à 1,7% au troisième trimestre.

Si ses facteurs devraient continuer à peser sur la performance du groupe français au quatrième trimestre, ce dernier a tout de même maintenu ses perspectives annuelles à savoir une hausse de ses résultats. En 2017, Publicis compte tirer les premiers bénéfices de sa restructuration.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant