La valeur du jour à Paris - Les secteurs du transport, du tourisme et du luxe malmenés par les attentats de Bruxelles

le
0

(AOF) - Journée noire pour le secteur Transport & Loisirs après plusieurs attentats suicides ce matin à Bruxelles. A Paris, AccorHotels (-3,49% à 37,625 euros) signe la plus forte baisse du CAC 40 tandis que l’indice européen EuroStoxx 600 Transport & Loisirs (-2%) accuse la plus forte baisse sectorielle. Les autres valeurs françaises liées à ce secteur sont également touchées de plein fouet par ces attaques terroristes : Air France chute de 5,29%, Groupe Eurotunnel perd 2,53% et Aéroports de Paris est en baisse de 3,09% au SBF 120.

Les investisseurs s'inquiètent des conséquences du ralentissement attendu du tourisme à Bruxelles mais aussi en France et Europe. Selon la société spécialisée ForwardKey, les réservations de vols pour Paris enregistrées entre le 14 et le 21 novembre, après les attentats de Paris, avaient chuté de 27%. Pour la période de Noël, les réservations étaient de 13% inférieures au niveau de l'an dernier à la même époque.

S'exprimant sur les répercussions des attentats de novembre à Paris, le PDG d'AccorHotels, Sébastien Bazin, avait déclaré sur BFM Business en décembre que ces événements avaient eu un "impact économique réel" avec un net repli des réservations 15 jours après.

Dans une étude publiée après les attentats de Paris, Bryan Garnier rappelait qu'après le 11 septembre, les hôtels new-yorkais avaient attendu 34 mois pour retrouver leur taux d'occupation de saison. Après les attentats de 2004, il avait fallu 12 mois aux hôtels de Madrid et neuf mois aux hôtels londoniens après les attentats de juillet 2005.

En janvier, les attentats contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher avaient dissuadé une partie de la clientèle étrangère de poser ses valises en France. La baisse avait été particulièrement notable pour les hôtels de luxe (repli de 6% du taux d'occupation, de 4,8% du revenu par chambre), précisait le courtier.

Cependant, tempérait-t-il, le déclin était finalement resté limité grâce à la capacité de la France à rassurer la clientèle internationale. Au final, l'industrie hôtelière avait d'ailleurs connu un bon premier trimestre 2015 avec un revenu par chambre en hausse de 2,2% en janvier, de 1% en février et de 4,6% en mars).

Le luxe pourrait également pâtir de la baisse du nombre de visiteurs étrangers en Europe. Selon les analyses de Bain & Company, le tourisme est ainsi devenu le principal moteur de l'industrie mondiale du luxe, un secteur dominé par les européens.

Prudents, les investisseurs évitent donc également ce secteur : LVMH perd plus de 2% et Kering 1,9%.


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant