La valeur du jour à Paris - HERMES chute sur des perspectives plus incertaines

le
0

(AOF) - Hermès est tombé de son piédestal. Le groupe de luxe, traditionnellement le plus résistant aux aléas de la conjoncture, a abandonné son objectif de croissance à moyen terme de 8% en raison du renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires. Le sellier prévoit désormais une croissance "ambitieuse" sans la quantifier. En Bourse, la sanction est lourde : le titre décroche de plus de 7% à 359,60 euros entraînant le reste du secteur dans son sillage. LVMH perd ainsi 1,56% et Kering, -1,69%.

La défiance des investisseurs pour le luxe est également conforté par les médiocres performances commerciales du numéro deux mondial du luxe, Richemont.

Ce matin, le propriétaire de Cartier et IWC n'a pas non plus caché ses doutes sur l'évolution du marché après le repli de 13% de ses ventes au cours des cinq premiers mois de son exercice clos fin août. Résultat, son titre perd plus de 4% à 57,30 francs suisses.

A la Bourse de Paris, la prudence affichée par le géant suisse et Hermès relègue au second plan les résultats semestriels meilleurs qu'attendu de la maison de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Sur les six premiers mois de l'année, son bénéfice net a progressé de 13% à 545 millions d'euros.

Surtout, son résultat opérationnel courant, indicateur clef du secteur, a progressé de 11% à 827 millions, donnant une marge record de 33,9% (après 32,5% au premier semestre 2015) grâce surtout à des effets positifs de couverture de change. Le chiffre d'affaires, déjà publié, s'est élevé à 2,44 milliards, en hausse de 7% à taux de change constant.

Si le fabricant de sacs Kelly a abandonné son objectif de moyen terme, il a toutefois confirmé son objectif de croissance organique 2016 inférieure à 8%. Le groupe a enfin estimé pouvoir conserver une rentabilité opérationnelle légèrement supérieure à celle de 2015 (31,8%).

Dans une note adressée à ses clients, CM-CIC Securities a relativisé l'importance de cet abandon d'objectif à moyen terme. Le broker a rappelé que le groupe conservait des trajectoires de croissance et de rentabilité exceptionnelles tout en reconnaissant que ces trajectoires étaient désormais bien valorisées par le marché.

Malgré la chute du jour, Hermès enregistre encore un gain de plus de 15% depuis le début de l'année contre seulement 2,4% pour LVMH, numéro un mondial du secteur aux résultats pratiquement aussi prospères.

(P-J.L)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant