La valeur du jour à Paris - EDF se met en ordre de marche

le
0

(AOF) - Opération séduction réussie. Malmené ces derniers mois par la chute des prix de l'électricité et la perspective d'investissements massifs, EDF a rassuré en assurant travailler à l'élaboration d'un plan de financement pérenne. Preuve de sa détermination, le groupe a d'ores et déjà abaissé son dividende pour préserver son cash. En Bourse, l'électricien public, dont l'Etat détient 84,9% du capital, bondit en effet de 8,25% à 11,15 euros. Une hausse dont l'ampleur est toutefois à relativiser. Depuis le début de l'année, le titre accuse une baisse de 17%. Depuis un an, la chute dépasse les 50%.

Confronté à un environnement de marché de plus en plus difficile, EDF taille dans le vif. L'électricien a baissé de 12% son dividende à 1,10 euro contre 1,25 euro en 2014. De plus, le groupe propose une option de paiement en actions nouvelles que l'Etat s'est engagé à choisir, ce qui évitera une sortie de cash de 1,8 milliard d'euros.

Par ailleurs, l'heure est aux économies. EDF a confirmé son intention de réduire progressivement ses investissements nets à 10,5 milliards d'euros en 2018 hors nouveaux développements. Et, tout nouveau projet ne sera financé qu'avec des cessions d'actifs.

Dans ce cadre, le groupe a réitéré son objectif de générer un flux de trésorerie (cash flow) positif en 2018 après dividendes (hors projet du compteur intelligent Linky).

Pour l'année en cours, EDF prévoit un Ebitda compris entre 16,3 milliards et 16,8 milliards d'euros, un ratio d'endettement financier net sur Ebitda entre 2 et 2,5 fois et un taux de distribution du résultat net courant compris entre 55% et 65%.

Ces prévisions ont relégué au second plan des résultats annuels mitigés. EDF a vu son bénéfice net part du groupe chuter de 67,9% à 1,18 milliard d'euros en 2015, en raison principalement des dépréciations d'actifs annoncées en décembre 2015. Au total, ces éléments non récurrents pèsent sur le bénéfice de l'électricien à hauteur de 3,63 milliards d'euros. Retraité des éléments non récurrents, le résultat net courant s'élève à 4,8 milliards d'euros. Dans le même temps, l'Ebitda du groupe a progressé de 1,9% (-0,6% en organique) à 17,6 milliards d'euros.

Ajusté du rattrapage tarifaire accordé en 2012, l'Ebitda annuel d'EDF a progressé de 6,4%. La croissance organique de l'Ebitda a été de 3,9%, conformément à l'objectif révisé à la hausse d'une croissance d'au moins 3 %

Enfin, le chiffre d'affaires 2015 du groupe a augmenté de 2,2% (-1,8% en organique) à 75,006 milliards d'euros.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant