La valeur du jour à Paris - EDF chute après l'annonce de son augmentation de capital

le
0

(AOF) - EDF (-7,35% à 11,345 euros) signe la plus forte baisse du SBF 120 après avoir annoncé vendredi soir qu'une augmentation de capital de quatre milliards d'euros devrait être lancée d'ici la fin de l'année. L'électricien attendra que les conditions de marché soient propices à cette opération qui comporte un risque de dilution du bénéfice par action 2017 estimé par Oddo à 11% sur la base d'un prix d'émission de 12 euros. A la clôture vendredi soir, l'action EDF cotait 12,24 euros, soit une capitalisation de plus de 23 milliards d'euros.

Actionnaire à 85% d'EDF, l'Etat s'est engagé à souscrire à cette augmentation de capital à hauteur de 3 milliards d'euros.

En plus de cette opération, EDF proposera à ses actionnaires de recevoir leur dividende en actions plutôt qu'en cash. Là encore, le groupe a reçu le soutien de l'Etat qui a accepté cette alternative pour 2016 et 2017, estimant à 2 milliards d'euros la somme ainsi laissée dans les caisses du groupe. Pour certains analystes, l'augmentation de capital et le versement du dividende en actions pourraient se traduire par une dilution globale qui atteindrait 20%.

EDF s'est donc lancé dans une opération de renforcement de ses fonds propres alors qu'il doit faire face à une situation difficile. Le groupe est confronté d'un côté à une érosion de ses ressources en raison de la baisse des prix de l'électricité (-30% depuis novembre) et, de l'autre côté, à la perspective d'investissements importants. Ces derniers consistent à entretenir le parc nucléaire existant, notamment en France, à croitre dans les énergies renouvelables, mais aussi à mener à bien le projet d'EPR britannique Hinkley Point.

Sur ce point, EDF a reporté à septembre prochain la décision de lancer ou pas le projet. En dépit de ce report, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a exclu dans un entretien au JDD de décaler de plusieurs années le lancement de ce contrat. Le ministre a pointé le risque de voir des concurrents d'EDF prospérer sur ce créneau des réacteurs nucléaires de nouvelle génération.

Signe que l'électricien est prêt à mener à bien ce projet d'EPR, EDF a précisé qu'une enveloppe de 2 milliards d'euros d'investissements annuels est envisagée d'ici à 2018 dans les activités régulées. Ce terme recouvre le déploiement du compteur intelligent Linky mais aussi Hinkley Point. Parallèlement, l'électricien a confirmé qu'il réduirait ses investissements dans son périmètre existant de près de 2 milliards d'euros entre 2015 et 2018. En cumulant les activités régulées et le périmètre existant, EDF compte investir entre 12,5 et 13,5 milliards d'euros par an au cours des trois prochaines années.

Pour rendre possible ces dépenses, l'électricien a étendu son programme de réduction des coûts. Initialement de 700 millions d'euros d'ici 2018, il est étendu jusqu'en 2019 et porté à au moins 1 milliard d'euros. EDF a déjà réduit ses coûts d'environ 300 millions d'euros en 2015 par rapport à 2014.

Enfin, le groupe se fixe un objectif d'environ 10 milliards d'euros d'actifs à céder entre 2015 et l'horizon 2020, incluant notamment une évolution du capital de RTE. Un schéma d'ouverture du capital de cette filiale de transport d'électricité, détenue à 100% par EDF devrait être présenté d'ici fin juin pour une mise en œuvre d'ici fin 2016.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant