La valeur du jour à Paris - BOUYGUES au sommet, la spéculation sur la consolidation avec ORANGE reprend

le
0

(AOF) - Bouygues (+2,33% à 35,20 euros) surperforme largement le marché parisien, profitant du retour de la spéculation sur une éventuelle consolidation dans les télécoms. Selon Bloomberg, le conglomérat aurait ouvert des discussions avec Orange (+0,97% à 15,645 euros) portant sur une éventuelle cession de sa filiale Bouygues Telecom mais aussi de TF1 à l'opérateur. Bouygues garderait une participation minoritaire au capital de l'ensemble qui serait ainsi créé. Rapidement, les deux groupes ont réagi à ces rumeurs.

Orange a fait savoir qu'il "se refuse à commenter les rumeurs de presse qui animent artificiellement le marché depuis deux ans. De tous les acteurs des télécoms français, Orange est celui qui a le moins besoin de la consolidation."

 

De son côté, Bouygues "indique qu’il n’a aucun projet de sortie des secteurs des télécoms et de la télévision et réaffirme son ancrage durable dans ces deux industries".

 

Les rumeurs sur une éventuelle scission de Bouygues reviennent donc sur le devant de la scène près de 6 mois après que le groupe ait refusé de vendre sa filiale télécom à Altice qui proposait 10 milliards d'euros. Surtout, les derniers résultats trimestriels ont signalé une amélioration des comptes de la filiale télécom de Bouygues qui a notamment vu son résultat opérationnel courant progresser entre juillet et septembre après être revenu dans le vert au deuxième trimestre. Dès lors, Bouygues pourrait se montrer moins empressé à céder une filiale dont le redressement est salué par les marchés à chaque présentation de résultats.

 

Un autre obstacle devrait être contourné par les deux acteurs si ce scénario de rapprochement devait voir le jour, d'ordre réglementaire cette fois en raison de la concentration qu’il induirait dans le secteur. Ainsi, cet argument avait été invoqué par Bouygues en juin dernier pour rejeter l'offre de Numericable-SFR. Ce dernier avait alors prévu de céder des actifs à Iliad. Cette fois, comme le souligne Exane BNP Paribas, un tel deal nécessiterait l'intervention d'autres opérateurs pour céder des actifs ce qui rendrait l'opération particulièrement incertaine.

 

Reste que la concurrence féroce entre les opérateurs, notamment sur le mobile, et les obligations d'investir dans les réseaux pourraient être les deux catalyseurs d'une consolidation entre acteurs du marché. Elle leur permettrait de réduire leurs coûts et leur donnerait plus de moyens pour améliorer leurs réseaux. Cette consolidation pourrait d'ailleurs être européenne puisque des analystes évoquent régulièrement la possibilité d'un rapprochement entre Orange et Telecom Italia.

 

De plus, la constitution d'un groupe où convergeraient des activités médias et télécoms correspondrait à une tendance de plus en plus forte. C'est en tout cas la voie suivie par Vivendi ou encore par Altice qui développent à la fois une offre de contenus (journaux, cinéma, jeux vidéo) et les réseaux nécessaires à leur diffusion (télécom, télévision, plateforme d'hébergement de vidéos). Mais comme le signalent des analystes prudents sur les informations du jour, Orange est surtout engagé sur une convergence entre fixe et mobile et a signalé qu'il n'était pas prêt à surpayer des contenus.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant