La valeur du jour à Paris - AIR FRANCE-KLM : il n'y pas plus de pilote dans l'avion

le
0

(AOF) - Air France-KLM décroche de 3,54% à 7,881 euros, pénalisé par l'annonce inattendue du prochain départ de son PDG, Alexandre de Juniac. Les investisseurs s'inquiètent des conséquences de ce départ sur les perspectives d'un groupe qui a renoué avec les bénéfices en 2015 après plusieurs années difficiles. Le PDG est notamment parvenu à s'accorder avec les puissants syndicats de la compagnie pour lancer une vaste restructuration censée préserver l'avenir du groupe.

A la surprise générale, le conseil d'administration d'Air France-KLM a annoncé hier soir qu'Alexandre de Juniac avait décidé d'être le prochain directeur général de l'Association de Transport Aérien International (IATA).

L'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde lorsqu'elle était ministre de l'Economie de Nicolas Sarkozy a défendu son choix ce matin, rappelant notamment voir atteint les objectifs qui lui avaient été assignés : le retour à l'équilibre et la baisse de l'endettement.

Pour trouver son successeur, Air France-KLM a de son côté indiqué avoir fait appel à un cabinet de recrutement international.

A l'image des investisseurs, les analystes ont mal accueilli ce départ qui laisse planer le doute sur le futur de la compagnie.

Selon une source de marché, Oddo a dégradé sa recommandation d'Acheter à Neutre et revu à la baisse son objectif de cours de 10 à 8 euros sur la valeur. Quelle que soit la raison de ce départ, le signal sur la réussite du redressement de la compagnie est nécessairement négatif, estime le courtier.

Comme Oddo, CM-CIC Securities juge nécessaire de trouver au plus vite un remplaçant pour que la compagnie garde le cap de 2015. Air France-KLM devrait afficher des résultats bien plus importants en 2016 et pourrait se remettre à acheter de la capacité supplémentaire, encore faudrait-il que les négociations avec les syndicats avancent, souligne le courtier.

Kepler Cheuvreux a enfin maintenu sa recommandation Alléger et son objectif de cours de 6,7 euros, estimant que ce départ détériore la visibilité de la rentabilité à moyen terme de la compagnie aérienne et retardera la restructuration nécessaire pour qu'elle reste compétitive. Le bureau d'études n'attend plus de progrès dans les négociations entre les dirigeants et les syndicats cette année.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant