La Vache qui Rit se glisse dans un burger

le
1

Produit vedette de la restauration actuelle, le burger s'accommode à toutes les sauces. Même la Vache qui Rit s'y met dans une recette proposée chez Quick à compter du 1er avril.

Elle n'aura pas attendu d'être centenaire pour se mettre au hamburger. Du haut de ses 93 ans, la Vache qui Rit s'apprête à s'afficher au menu des restaurant Quick à partir du 1er avril. Hasard du calendrier, ce lancement n'a rien d'une blague et se fait un mardi comme tout nouveau produit de l'enseigne. Si le n°2 français du burger avait déjà proposé en série spéciale des bouchées au Boursin, cette nouvelle recette doit s'installer de façon pérenne.

La recette est des plus simples: un petit pain rond, un steak haché, une tranche de fromage fondu (celle qu'on retrouve dans tous les cheese et la fameuse sauce à la Vache qui Rit). C'est là que réside tout le secret, pour rendre ce fromage compact un peu plus mousseux et aérien. Pour l'avoir testé en avant-première, la mission est accomplie de ce côté-là. Si l'enseigne met en avant ce produit comme le «burger de la bonne humeur», l'effet euphorisant n'est pas garanti mais ce petit burger a clairement le goût de l'enfance avec une sensation très «fromagée».

Dans les menus enfants et pour les adultes

Alors que sur le marché du fast-food, le retour de Burger King alimente actuellement le buzz et la curiosité, Quick multiplie les innovations. Et joue notamment la carte des produits chers au c½ur de sa clientèle. Après avoir remplacé Fanta par Orangina pour ses boissons, le groupe mise sur une marque emblématique des fromageries Bel. «C'est l'un des produits les plus présents dans les frigos et il est parfaitement transgénérationnel», souligne François Charpy, directeur des opérations France chez Quick. D'ailleurs ce nouveau burger sera proposé dans les menus destinés aux enfants (Magic Box et menu Top) mais aussi, en solo, pour tous les clients moyennant 2,5 euros. Un burger petit format pour les petits appétits ou plutôt un «burger d'accompagnement» dans le jargon des professionnels.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cresus57 le vendredi 28 mar 2014 à 11:31

    de la malbouffe avec de la malbouffe, rien de surprenant