«La Vache qui Rit» absorbe «Pom'Potes» : ce sera fromage et dessert !

le , mis à jour à 14:54
0
«La Vache qui Rit» absorbe «Pom'Potes» : ce sera fromage et dessert !
«La Vache qui Rit» absorbe «Pom'Potes» : ce sera fromage et dessert !

L'une est rouge, porte de grosses boucles d'oreilles et affiche un sourire insolent. L'autre a le teint verdâtre, de grands yeux écarquillés et se présente toujours sous forme de gourde. Entre la Vache qui rit et Pom'Potes, c'est une affaire qui marche. En ce début du mois d'août, le fabricant de fromages industriels Bel — qui détient les marques la Vache qui rit mais aussi Babybel ou Leerdammer — vient d'annoncer qu'il s'apprêtait à prendre le contrôle de 65 % du groupe spécialiste des compotes et des desserts MOM — connu pour ses marques Pom'Potes mais aussi Materne et Mont Blanc —, détenu par le fonds d'investissement LBO France. Le montant de l'opération n'a pas été communiqué. 

 

Devenir le roi du « snacking sain »

 

Voilà donc les fiançailles surprises de deux groupes bien connus des enfants : le numéro trois mondial des fromages de marque, présent aussi bien aux Etats-Unis qu'en Afrique, avec le leadeur français de la compote en gourde, un marché en plein essor. Le fromage et le dessert... en portion et en sachet. Un rapprochement « complémentaire », assure un porte-parole de Bel, et un secteur plein d'avenir, du Canada au Japon en passant par l'Arabie saoudite.

« Ce sont deux produits de consommation universels dans un contenant universel, analyse Eric de Poncins, directeur du développement et de la prospective du groupe Bel. La consommation va devenir de plus en plus nomade. Les repas sont de plus en plus déstructurés, les gens grignotent en conduisant, en voyageant, en allant au travail. Et en même temps, ils veulent manger sainement », poursuit-il.

En s'emparant du groupe MOM, Bel a pour ambition de devenir le roi du « snacking sain », ce grignotage du quotidien modérément calorique. Avec pour objectif de multiplier la taille du groupe par deux d'ici à 2025 — soit un chiffre d'affaires de 6 Mds€ — en misant sur l'international.

Pas de changement de nom en perspective ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant