La TVA sociale inquiète les députés UMP

le
3
Le député de la Droite populaire Lionnel Luca estime qu'il est désormais trop tard pour entreprendre le chantier de la TVA sociale.

Les députés UMP gardent un très mauvais souvenir de la «TVA sociale», annoncée entre les deux tours des législatives de 2007. Le PS s'en était emparé, faisant perdre une soixantaine de sièges à la majorité. «Je me souviens du débat entre Jean-Louis Borloo et Laurent Fabius au soir du premier tour, qui a tourné au net désavantage du premier. Depuis, on a l'impression que le terme de TVA sociale porte malheur», confiait mardi le ministre des Transports, Thierry Mariani.

En réunion de groupe UMP, Christian Vanneste (Nord) a lancé au premier ministre: «C'est une mesure compliquée et impopulaire, et il n'y a pas de temps pour en faire la pédagogie.» «Il est trop tard pour lancer ce chantier, parce que les inconvénients, c'est pour tout de suite, et les avantages, c'est pour après-demain», estime un autre député de la Droite populaire, Lionnel Luca (Alpes-Maritimes), qui préfère parler de «TVA de préférence nationale». «La TVA sociale, on aurait dû la fai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le mercredi 18 jan 2012 à 10:38

    JPi - Pas de solution proposée par Sarko ou Hollande pour réduire les dépenses de l’état, rien qu’augmenter les impôts. Je propose la : « Fin des abus ». 1- Fin des 35 h , 2 -Plafonnement des retraites , 3- réduction (-20%) des salaires et retraites de la fonction publique européenne , 4 - fin des niches fiscales. 5 - Taxation à mort des parachutes dorés, des primes, des salaires mirobolants et des sociétés qui permettent ces détournements d’argent. « PARTAGER PLUS, LA PEUR EN MOINS »

  • M4189758 le mercredi 18 jan 2012 à 10:37

    JPi - A force de dépenser toujours plus qu’on gagne, sans assainir les finances, ces ‘polis tiques’ nous conduisent droit au triple CCC en 2012. C de Comprendre que la solution de la dette c’est diminuer les dépenses de l’état et pas augmenter les impôts. C de Courage pour obtenir enfin le premier plan de rigueur de l’état français. Il faut 180.000.000.000 euros d’emprunts en moins, rien que pour trouver l’équilibre. C de Centre, là où est peut être la solution du vote en 2012.

  • M4189758 le mercredi 18 jan 2012 à 10:37

    JPi - Travailler plus pour payer plus d'impôt : c'est 30% de la solution. Réduire les dépenses de l’état : c'est 70% de la solution. Le mur de la dette c'est comme le mur du son : ça pète en passant. Il n'y a pas de solution soft. Quand, nos ‘polis tiques’, commenceront-ils à dépenser moins ? Pour le 1er avril le premier vrai plan de rigueur pour l’état ? Allons, COURAGE !