La Turquie vide ses prisons... pour mieux les remplir

le , mis à jour à 07:18
1
La Turquie vide ses prisons... pour mieux les remplir
La Turquie vide ses prisons... pour mieux les remplir

Le gouvernement turc vide ses prisons ! 38 000 détenus ont commencé à être libérés hier. « Il ne s'agit pas d'amnisties », a tenu à préciser le ministre turc de la Justice, Bekir Bozdag, mais de « libérations sous contrôle judiciaire ». Ces aménagements concernent les personnes incarcérées avant le 1er juillet, celles condamnées à au plus deux ans de prison et celles qui ont purgé la moitié de leur peine. En sont exclus les condamnés pour meurtres, crimes sexuels, terrorisme, ou encore violations de secrets d'Etat.

 

Le nombre de détenus passerait ainsi de 214 000 à 176 000 alors que la capacité carcérale du pays est de 190 000. Mais cet appel d'air dans les prisons surpeuplées du pays ne va pas durer. Un mois après le coup d'Etat raté contre le pouvoir du président islamo-conservateur Erdogan, la purge implacable qui s'est ensuivie charrie un nombre impressionnant de prisonniers. Quelque 35 000 personnes ont en effet été incarcérées depuis la tentative de putsch du 15 juillet, et 16 000 seraient toujours derrière les barreaux.

 

Les activistes et partis prokurdes aussi menacés

 

Sous couvert d'état d'urgence, les gardes à vue ont été prolongées à trente jours. Entreprises, tribunaux, médias, administration... les perquisitions s'étendent à tous les domaines. « Cela donne l'impression que les autorités veulent élargir les arrestations à d'autres groupes », anticipe Andrew Gardner, responsable d'Amnesty International. Les regards se tournent notamment vers les activistes et partis prokurdes. L'ONG se préoccupe par ailleurs des « abus » dont souffrent les détenus depuis le coup d'Etat raté : mauvais traitements, réductions des lectures, des appels et visites. Tandis que les avocats sont sous pression. Une membre du barreau d'Istanbul avoue n'avoir pas osé défendre des clients par crainte de représailles. « On nous force à politiser notre profession », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 il y a 10 mois

    JPi - Barabas contre Jésus ?