La Turquie veut toujours croire à l'ouverture d'un bureau de Twitter

le
0
La Turquie veut toujours croire à l'ouverture d'un bureau de Twitter
La Turquie veut toujours croire à l'ouverture d'un bureau de Twitter

Le gouvernement turc espère toujours que le réseau Twitter reviendra un jour sur sa décision de ne pas ouvrir de bureau de représentation en Turquie, a affirmé jeudi son ministre des Transports et des Communications, Lütfi Elvan."Les responsables de Twitter ont expliqué qu'ils ne pouvaient prendre de décision immédiate et qu'une évaluation de la situation était nécessaire au niveau du siège" de la compagnie américaine, a déclaré M. Elvan dans un communiqué.Des responsables de Twitter ont rejeté mercredi l'idée d'ouvrir un bureau, estimant que le "climat d'investissement" n'y était pas favorable."Nous n'avons pas accepté d'ouvrir un bureau en Turquie (...) n'importe quelle compagnie émettrait des réserves sur un climat d'investissement dans lequel son service a été interdit", a déclaré à l'AFP le vice-président de Twitter Colin Crowell au terme d'une visite de trois jours en Turquie.Lors de ce séjour, la délégation de l'entreprise américaine a rencontré plusieurs responsables turcs.Ils ont évoqué les tensions suscitées par la décision du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan d'interdire le 20 mars l'accès au réseau de microblogging, sur lequel ont été largement diffusés des enregistrements de conversations téléphoniques mettant en cause le régime turc dans un vaste scandale de corruption.Cette décision a suscité une avalanche de critiques en Turquie et à l'étranger.Ankara a été contrainte de lever le blocage de Twitter au bout de deux semaines après un arrêt de la Cour constitutionnelle.Furieux, M. Erdogan a accusé la semaine dernière les réseaux sociaux d'"évasion fiscale", ce que Twitter a catégoriquement démenti.- Recours constitutionnel -Dans son communiqué, le ministre turc des Communications a une nouvelle fois accusé jeudi Twitter de ne pas avoir obéi à des "centaines de décisions de justice" requérant la suppression de certains contenus jugés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant