La Turquie rêve d'un «espace Schengen» au Moyen-Orient

le
0
Baisse des droits de douanes et exemptions de visas dopent déjà les échanges avec la Syrie, la Jordanie et le Liban.

À Ankara

Ankara regarde avec ­inquiétude le feu qui embrase la ­Tunisie et l'Égypte. Devrait-il ­gagner le reste de la région et ce sont ses intérêts économiques qui seraient durement touchés. Le Moyen-Orient tient une place de plus en plus importante dans la bonne santé de l'économie de la Turquie (7,5% de croissance l'an dernier). Confrontés à un espace européen en crise, les Turcs sont partis avec succès à la conquête des marchés sur leur flanc Est. La part des exportations vers cette zone a ainsi atteint 20,3% sur les onze premiers mois de l'année 2010, quand celle vers l'Union européenne, le partenaire traditionnel, n'est plus que de 46,3%. De l'électro­ménager aux voitures, en passant par les produits agroalimentaires, le «made in Turkey» occupe désormais tous les étals de la région. ­Aéroports, routes, ponts et bâtiments publics: les carnets de ­commande des constructeurs turcs sont pleins. En Irak, ils règnent en maître, de Bassora à Erbil

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant