La Turquie réclame à nouveau aux USA l'extradition de Gülen

le
0
 (Actualisé avec déclarations de Yildirim) 
    ANKARA, 1er août (Reuters) - Les Etats-Unis devraient 
condamner de manière "claire et sans équivoque" la tentative 
manquée de coup d'Etat en Turquie et extrader son commanditaire 
présumé, le prédicateur Fethullah Gülen, a déclaré le Premier 
ministre turc Binali Yildirim lundi à l'issue d'un entretien 
avec le chef d'état-major de l'armée américaine. 
     Le général Joe Dunford a entamé une visite en Turquie pour 
raffermir les relations entre Washington et Ankara, ébranlées 
par le coup de force des 15 et 16 juillet, à l'issue de laquelle 
le président Recep Tayyip Erdogan a ouvertement mis en cause les 
Etats-Unis. 
    Le chef d'état-major de l'armée américaine a condamné la 
tentative de putsch pendant son entretien avec Binali Yildirim 
et assuré Ankara du soutien de Washington à la démocratie 
turque, ont indiqué les services du Premier ministre dans un 
communiqué. 
    L'ambassade américaine à Ankara avait indiqué avant 
l'entretien que Joe Dunford avait l'intention de dénoncer "dans 
les termes les plus fermes" le coup d'Etat avorté chez son allié 
de l'Otan. 
    Les Etats-Unis ont exprimé de sérieuses réserves sur les 
purges menées depuis deux semaines en Turquie, notamment au sein 
de l'armée. 
    James Clapper, directeur du renseignement américain, a ainsi 
indiqué que de nombreux officiers turcs avec lesquels Washington 
entretenait des contacts avaient été mis à l'écart ou arrêtés.  
    "Cela a un impact, parce que (la purge) a affecté tous les 
segments de l'appareil de sécurité nationale en Turquie", a-t-il 
dit la semaine dernière. "Beaucoup de nos interlocuteurs ont été 
arrêtés. Il ne fait pas de doute que cela va rendre la 
coopération plus difficile avec les Turcs." 
    S'exprimant au QG des forces spéciales à Ankara, qui a été 
fortement endommagé par les combats le soir du coup d'Etat, 
Recep Tayyip Erdogan a condamné ses propos le lendemain. 
    "Au lieu de remercier notre pays pour avoir repoussé une 
tentative de putsch, vous prenez le parti des comploteurs. Le 
putschiste est déjà dans votre pays", a dit le chef de l'Etat en 
faisant allusion au prédicateur Fethullah Gülen, qui vit en exil 
en Pennsylvanie et qu'Ankara accuse d'avoir orchestré le coup de 
force. 
    La Turquie, membre de l'Otan, dont elle occupe le flanc 
sud-est, est en première ligne face aux conflits en cours en 
Irak et en Syrie. 
    Le général Joe Dunford a d'ailleurs prévu de s'adresser au 
cours de sa visite aux militaires américains stationnés sur la 
base aérienne d'Incirlik, utilisée par les avions de l'Otan pour 
mener des opérations contre les djihadistes du groupe Etat 
islamique (EI), dans le sud de la Turquie. 
 
 (Tulay Karadeniz; Pierre Sérisier et Tangi Salaün pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant