La Turquie prolonge son accord gazier avec l'Algérie

le
0

Commodesk - La Turquie a renégocié son accord gazier avec l'Algérie, lors de la visite du ministre turc de l'Energie et des Ressources naturelles les 6 et 7 janvier à Alger. Le contrat engage les énergéticiens publics Sonatrach, côté algérien, et BOTAS, côté turc.

Rencontrant son homologue algérien de l'Energie et des Mines, Youcef Yousfi, Taner Yildiz a dit vouloir porter les volumes de GNL importés à 6 milliards de mètres cubes, avec une montée progressive des livraisons sur cinq à dix ans, si l'Algérie est en mesure de fournir les quantités souhaitées. En 2013, Ankara importera 2,5 milliards de m3 de gaz algérien, répondant à la demande de ses industriels, qui concurrencent la demande des ménages.

L'achat de gaz algérien sur le marché spot en janvier et février devrait limiter les coupures d'électricité quand les températures descendent à -15°C,  a indiqué le ministre Taner Yildiz, expliquant que les besoins en gaz de son pays vont être multipliés par quatre dans les dix prochaines années. Les nouvelles capacités énergétiques alimentées en gaz naturel implantées en Turquie en 2012 fournissent 57.000 mégawatts, a précisé le ministre.

Les deux pays ont signé un premier contrat gazier en 1988, mis en œuvre en 1994, portant sur la livraison d'un volume plafonné à 4 milliards de mètres cubes de GNL par an, qui va donc être prolongé de 10 ans. En moyenne, jusqu'en 2010, la Turquie utilisait 85% du volume, d'après Erdinc Ozen, expert issu de BOTAS.

La Turquie se fournit en gaz en Iran (plafond : 10 Mds de m3), en Russie (16 Mds de m3), au Turkménistan (16 Mds de m3), en Azerbaïdjan (6,6 Mds de m3), et au Nigeria (1,2 Mds de m3). L'Iran n'a pas fourni les quantités attendues l'hiver 2010-2011 et la Turquie envisage d'acheter du gaz américain à partir de 2016. Ses importations de gaz ont coûté sur les neuf premiers mois de 2011, dernière statistique disponible, 2,1 milliards de dollars (sur une facture énergétique de 28,7 milliards de dollars) d'après l'Institut national de statistique TÜIK.

L'Algérie dispose de capacités de liquéfaction de gaz naturel de 44 milliards de mètres cubes par an, sur trois complexes. Elle réalise deux nouveaux trains de production à Arzew et Skikda, qui vont porter ses capacités à 60 milliards de m3 en 2014. Sonatrach est le 4e exportateur mondial de GNL, d'après les chiffres du ministère de l'Energie.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant