La Turquie paralysée par une panne d'électricité monstre

le
0
La Turquie paralysée par une panne d'électricité monstre
La Turquie paralysée par une panne d'électricité monstre

La Turquie a été largement paralysée mardi par une coupure d'électricité d'origine encore indéterminée mais d'une ampleur inédite depuis quinze ans qui a ralenti le transport et l'activité de nombreuses grandes villes du pays, dont Istanbul et Ankara. Cette panne massive a débuté à 10h36 locales (9h36, heure françsie) et affecté tout ou partie de la plupart des 81 provinces du pays, ont indiqué des sources officielles citées par l'agence de presse Dogan.

Retour à la normale prévue dans la soirée. Selon la compagnie nationale turque de transport d'électricité (Teias), le courant a été rétabli en début de soirée dans la plupart de ces provinces, ainsi que dans plusieurs quartiers des deux plus importantes cités du pays, Ankara et Istanbul. Le ministre de l'Education Nabi Avci, cité par la chaîne d'information en continu NTV, a assuré que l'ensemble du réseau devrait être rétabli d'ici 20h00 locales (19 heures en France). A Istanbul cependant, le coeur économique du pays peuplé de plus de 15 millions d'habitants, certains quartiers étaient encore privés d'électricité en début de soirée sur les deux rives du Bosphore, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Une panne d'origine inconnue. Aucune précision n'était encore disponible dans la soirée sur l'origine de la panne mais la compagnie Teas a évoqué un problème technique sur des lignes à haute tension qui relient l'Union européenne (UE) au territoire turc. De son côté, la Chambre des ingénieurs électriciens de Turquie a affirmé que certains fournisseurs privés d'électricité avaient refusé de vendre leur électricité sur le réseau turc en raison de ses prix trop faibles.

Toutes les pistes examinées. Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a suggéré que la panne pouvait être d'origine technique mais affirmé que «toutes les pistes étaient actuellement étudiées», en réponse à un journaliste qui l'interrogeait sur l'éventualité d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant