La Turquie met l'Europe en garde contre une rupture des relations

le
2
    ANKARA, 24 novembre (Reuters) - Le Premier ministre turc 
Binali Yildirim a estimé jeudi que l'Europe serait "noyée" sous 
des vagues de migrants si elle ne pouvait plus compter sur 
l'aide de la Turquie qui, selon lui, a beaucoup moins à perdre 
que le bloc communautaire dans le gel de la procédure d'adhésion 
turque. 
    "Nous sommes l'un des facteurs de protection de l'Europe. Si 
les réfugiés passent, ils vont inonder l'Europe et la Turquie 
empêche cela", a déclaré Yildirim dans une déclaration en direct 
à la télévision. 
    "Je dois admettre que la rupture des relations avec l'Europe 
pénaliserait la Turquie mais elle pénaliserait l'Europe cinq ou 
six fois plus", a-t-il affirmé. 
     Le Parlement européen a préconisé jeudi le gel des 
négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne en 
raison des mesures répressives "disproportionnées" prises par 
Ankara dans le cadre de l'état d'urgence instauré depuis la 
tentative de coup d'Etat du 15 juillet.   
    Le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik a 
estimé que ce vote enfreignait les valeurs fondamentales de l'UE 
et affirmé que la Turquie ne le prenait pas au sérieux.  
     
 
 (Tuvan Gumrucku; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a 2 semaines

    La Turquie passe son temps à menacer! Les islamistes ont pour habitude de soumettre ou d'éliminer...

  • berghof il y a 2 semaines

    Ce chantage inadmissible est en fait l'aveu que c'est bien la Turquie qui est derrière l'invasion migratoire de l'Europe. Merci A. Merkel d'avoir cédé à ce chantage !.