La Turquie gèle les avoirs de l'ex-président yéménite Saleh

le
0
 (Actualisé avec précisions sur les avoirs, contexte) 
    ISTANBUL, 21 avril (Reuters) - La Turquie a gelé les avoirs 
de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, en conformité 
avec une décision prise par le Conseil de sécurité des Nations 
unies, a déclaré le gouvernement d'Ankara jeudi dans son Journal 
officiel. 
    La mesure concerne l'ensemble des avoirs détenus par Saleh 
dans des banques et autres institutions financières turques. 
    Ali Abdallah Saleh est soupçonné d'avoir amassé une fortune 
évaluée à 60 milliards de dollars (53 milliards d'euros), soit 
l'équivalent du PIB annuel du Yémen, durant sa longue période au 
pouvoir, ont déclaré des enquêteurs désignés par l'Onu au 
Conseil de sécurité. 
    La majeure partie de sa fortune aurait été transférée à 
l'étranger sous de fausses identités ou sous celles de tiers 
détenant ses avoirs en son nom, déclarent les enquêteurs. Ses 
avoirs sont sous forme de propriétés, d'actions, d'or et 
d'argent liquide, et seraient disséminés dans une vingtaine de 
pays.  
    Celui qui s'est allié en 2014 avec la milice chiite Houthi 
fut président du Yémen du Nord de 1978 à 1990 avant de devenir 
en 1990 président du Yémen réunifié et de le rester jusqu'en 
février 2012, date à laquelle il a dû céder le pouvoir à la 
suite d'un soulèvement dans le cadre du "printemps arabe". 
    A la tête du plus important parti politique yéménite, le 
Congrès général du peuple, Ali Abdallah Saleh jouit toujours de 
la fidélité d'une partie des forces armées, bien qu'il ait 
démissionné il y a quatre ans déjà, après des mois de 
contestation contre son régime. 
 
 (Ceyda Caglayan; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant