La Turquie fait la cour aux nouvelles autorités libyennes

le
0
La Turquie s'efforce ainsi de faire oublier la position attentiste qu'elle avait adoptée au début de la révolte libyenne.

Engagés à reculons dans la campagne militaire de l'Otan en Libye, les Turcs sont dans les starting-blocks pour tenter d'obtenir un rôle clé dans l'après-Kadhafi. Sans attendre, ils ont lancé une diplomatie intensive afin de se placer sur le marché de la reconstruction.

Jeudi, une réunion des directeurs politiques des pays membres du «Groupe de contact» sur la Libye s'est tenue à Istanbul. Lors de son discours d'ouverture, Ahmet Davutoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, a demandé à l'ONU de débloquer sans attendre les actifs libyens pour «répondre au plus vite aux besoins financiers urgents du Conseil national de transition (CNT)». Il s'est déclaré aussi pour la poursuite des «opérations de l'Otan sur le terrain jusqu'à ce que la sécurité soit entièrement assurée».

Deux jours plus tôt, le très actif chef de la diplomatie turque a effectué une visite à Benghazi, le fief de l'insurrection libyenne, sa seconde en un mois. Pour défendre les intérü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant