La Turquie dit remplir les critères pour l'exemption de visa

le
1
 (Ajoute réactions de Steinmeier, Juncker) 
    ANKARA, 12 mai (Reuters) - La Turquie a rempli les 72 
critères fixées par Bruxelles pour dispenser les Turcs de visas 
d'entrée dans l'Union européenne et un report de cette mesure 
promise dans le cadre de l'accord sur les migrants serait 
inacceptable, a averti jeudi le ministre turc des Affaires 
européennes, Volkan Bozkir. 
    Ankara ne modifiera pas sa législation antiterroriste, jugée 
non-conforme aux normes démocratiques européennes, a-t-il 
réaffirmé, assurant que cette exigence n'avait pas été 
mentionnée au départ.  
    Le gouvernement turc a fait savoir à plusieurs reprises que, 
sans exemption de visa, l'accord conclu le 18 mars pour réduire 
l'afflux de réfugiés en Europe ne pourrait être appliqué.  
    Réagissant aux propos de Volkan Bozkir, le ministre allemand 
des Affaires étrangères a néanmoins réitéré les exigences de 
l'UE.   
    "La balle est dans le camp de la Turquie", a déclaré 
Frank-Walter Steinmeier. "Si la Turquie remplit ses engagements, 
je serai pour que nous remplissions les nôtres et que nous 
allions de l'avant en ce qui concerne l'exemption de visa", 
a-t-il ajouté.  
    "Nous avons fixé des critères pour l'exemption de visa. Il y 
en a 72 et le 65e dit que le gouvernement turc doit revoir sa 
législation antiterroriste", a renchéri Jean-Claude Juncker, 
président de la Commission européenne.  
    "Nous nous sommes entendus sur ce point avec le gouvernement 
turc et le départ du Premier ministre ne peut remettre en cause 
les accords conclus par l'UE et la Turquie", a-t-il ajouté, 
évoquant la mise à l'écart d'Ahmet Davutoglu, qui a négocié le 
plan d'action pour limiter l'afflux de migrants.   
    L'UE, qui réclame une révision de la définition turque du 
terrorisme, reproche à Ankara de l'utiliser contre l'opposition 
et la presse. Le gouvernement turc la juge quant à lui 
indispensable pour combattre les séparatistes kurdes et les 
djihadistes de l'Etat islamique. 
    Selon Volkan Bozkir, la suite des événements dépendra des 
instructions du président Recep Tayyp Erdogan. "Nous irons de 
notre côté et vous du vôtre", a déclaré la semaine dernière le 
chef de l'Etat, s'adressant indirectement aux Européens.   
 
 (Ece Toksabay,; Nicolas Delame et Jean-Philippe Lefief pour le 
service français, édité par Jean-Stéphane Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • restif1 il y a 7 mois

    C'était joué d'avance. Mme Merkel en a absolument besoin pour camoufler son échec