La Turquie continue les purges, les Kurdes visés

le
0
    DIYARBAKIR, 8 septembre (Reuters) - Le gouvernement turc a 
pris le contrôle jeudi des conseils de deux districts du sud-est 
du pays, gérés par un parti pro-kurde, et suspendu 11.500 
professeurs suspectés de liens avec les séparatistes kurdes, 
a-t-on appris auprès des services de sécurité turcs.  
    L'Etat turc a nommé ses propres administrateurs dans les 
districts de Sur et de Silvan, dans la province de Diyarbakir, 
la plus importante ville du Sud-Est à majorité kurde.  
    Les deux conseils ont été visés pour leur soutien au Parti 
des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré comme terroriste 
par Ankara, d'après les responsables turcs. 
    Le Parti démocratique des régions (DBP) qui les contrôle, 
ainsi que de nombreux autres dans le sud-est de la Turquie, est 
considéré comme une extension du PKK par le président Recep 
Tayyip Erdogan. 
    Le gouvernement a également suspendu 11.500 professeurs pour 
leurs liens supposés avec le PKK. Ces derniers s'ajoutent aux 
dizaines de milliers de personnes limogées ou suspendues de 
l'appareil judiciaire, de la police et de la fonction publique 
dans le cadre des purges contre le mouvement du prédicateur 
Fethullah Gülen, accusé d'être l'instigateur du putsch manqué du 
15 juillet. 
 
 (Humeyra Pamuk, Seda Sezer, Laura Martin pour le service 
français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant