La Turquie bloque toujours YouTube malgré un jugement contraire

le
1
LES TURCS NE PEUVENT TOUJOURS PAS ACCÉDER À YOUTUBE
LES TURCS NE PEUVENT TOUJOURS PAS ACCÉDER À YOUTUBE

ISTANBUL (Reuters) - Les autorités turques ont déclaré jeudi qu'elles maintenaient le blocage de l'accès à YouTube malgré une décision de justice ordonnant la levée de cette interdiction.

"La mesure bloquant l'accès au site internet youtube.com reste en vigueur", écrit l'autorité des technologies de l'information et des communications (BTK) sur son site internet.

Un tribunal d'Ankara a jugé vendredi que cette interdiction constituait une atteinte aux droits de l'homme et a ordonné le rétablissement de l'accès à la plate-forme d'échange de vidéos, filiale du géant américain Google.

Il s'est appuyé sur une décision de la Cour constitutionnelle ayant jugé illégal le blocage du réseau social Twitter, qui a pour sa part été rétabli.

La décision du tribunal d'Ankara a été confirmée en appel mercredi à la suite d'un recours du parquet.

La BTK considère pour sa part que certains fichiers incriminés sur YouTube peuvent toujours être consultés à l'étranger quand bien même ils ont été bloqués en Turquie.

La Turquie a bloqué le 27 mars l'accès à la plate-forme d'échange de vidéos sur internet pour des "raisons de sécurité nationale", après la mise en ligne d'un enregistrement dans lequel des hommes présentés comme des responsables turcs discutent d'une possible opération militaire contre les djihadistes dans le nord de la Syrie.

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan juge que Twitter et YouTube sont utilisés par ses détracteurs dans le cadre d'un complot visant à l'affaiblir.

(Daren Butler; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le jeudi 10 avr 2014 à 13:14

    J'imagine si les USA ou un pays occidental faisait ça....La légitime logorrée de "fascistes" "dictateurs" etc. qui en suivrait....Mais quand c'est chez nos amis musulmans, c'est un silence assourdissant qui s'empare des associations des droits de l'homme.