La Turquie accusée d'avoir livré des espions du Mossad à Téhéran

le
0
L'affaire, révélée par le Washington Post , pourrait nuire au début de rapprochement entre Ankara et Israël.

Correspondant à Jérusalem

Le silence observé par les autorités israéliennes en dit long sur leur consternation. Vingt-quatre heures après les révélations du Washington Post, qui accuse la Turquie d'avoir «vendu» au régime iranien une dizaine d'agents opérant pour le compte du Mossad au début 2012, aucune réaction officielle n'avait encore été formulée, vendredi soir, par le gouvernement de Benyamin Nétanyahou. Dans son entourage, on se contentait d'observer que l'auteur du scoop, David Ignatius, «est réputé pour son sérieux et son excellente connaissance du Proche-Orient». Une manière de prêter du crédit à des allégations qui, en dépit de l'énergique démenti formulé à Ankara, menacent de faire voler en éclats le laborieux rapprochement engagé ces derniers mois entre les deux pays.

Imputée au chef des services de renseigneme...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant