La Tunisie se dote d'un gouvernement d'union

le
0
Le premier ministre sortant a reconduit six membres du gouvernement de l'ère Ben Ali et a choisi d'intégrer trois opposants. Des élections seront organisées d'ici à 6 mois. L'opposant historique Moncef Marzouki dénonce une «mascarade»

La Tunisie, en pleine incertitude depuis la fuite de Ben Ali, connaît enfin la composition de son gouvernement d'union nationale. Trois chefs de l'opposition y font leur entrée tandis que six membres de l'ancien gouvernement sont reconduits, a annoncé lundi après-midi Mohammed Ghannouchi. Le premier ministre sortant du président déchu conserve ses fonctions, de même que les ministres de l'Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères et des Finances. Côté opposition trois figures intègrent le nouveau cabinet. Najib Chebbi, chef de file du Parti démocratique progressiste (PDP, opposition légale la plus radicale en Tunisie) prend le poste de ministre du Développement régional. Moustapha Ben Jaafar, président du Forum démocratique pour le travail et la liberté (FDTL) récupère la Santé et Ahmed Ibrahim, du parti Ettajdid (Renouveau, ex-communiste) obtient le portefeuille de l'Enseignement supérieur.

La nouvelle formation, qui compte 19 ministres, accueille égal...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant