La Tunisie s'impose "à l'Algérienne".

le
0
La Tunisie s'impose "à l'Algérienne".
La Tunisie s'impose "à l'Algérienne".

Les Aigles de Carthage n'ont pas séduit, n'ont tout simplement pas joué, mais ils ont gagné, après 70 premières minutes zambiennes ultra offensives mais d'une inefficacité indicible. C'est dur pour les Chipolopolos.


Zambie - Tunisie
(1-2)

E. Mayuka (58') pour Zambie , A. Akaichi (70'), Y. Chikhaoui (88') pour Tunisie.


Cruelle. C'est clairement le mot qui définit cette défaite zambienne face à des Tunisiens franchement pas bandants. Guère fringante depuis son unique victoire à la CAN 2002, la Tunisie se devait de se reprendre après son match nul fort décevant contre la Cap Vert (1-1). La Zambie, folle gagnante de l'édition 2013, est, depuis, rentrée dans le rang, mais se présente avec une ligne d'attaque plutôt intéressante. Kalaba, Mayuka, Musonda, les "A" ont bien confirmé leurs capacités physiques : virevoltants, toujours en mouvement, ils ont néanmoins pêché du début à la fin à la finition. Tout bénef pour les Aigles de Carthage, la malédiction de l'ouverture du score se poursuit dans cette CAN.
La Zambie maladroite
Cela va devenir un rituel : à chaque deuxième minute des matchs de la Zambie, il se passe un truc. Contre la République Démocratique du Congo, c'était un but de Singuluma. Contre la Tunisie, c'est une main de Sunzu dans son rectangle. Chance pour lui, il semblerait que cette fameuse deuxième minute soit bénéfique aux Zambiens, et l'arbitre ne siffle rien. Encouragés par ce coup du sort, les Chipolopolos se mettent en route vers le but adverse, la première tentative sur un centre de Musonda est dégagée par Mathlouthi, le tir de Singuluma vient lécher littéralement le poteau du gardien tunisien. Le match est plutôt agréable, les deux équipes doivent avoir compris que les matchs nuls, ça va un peu, mais pour se qualifier, il faut évidemment plus. Alors le Montpelliérain Jamal Saïhi tente la reprise de volée hors rectangle, mais c'est quand même fort mou.

Mou, ce n'est certainement pas le qualificatif que l'on pourrait donner aux deux charges que vont subir les Zambiens aux alentours de la demi heure. Mayuka se prend tout d'abord un fameux tampon de Ben Yousseff dans le visage, avant que le gardien Mweene ne se prenne un peu partout un Akaïchi lancé à toute vitesse. Pas de blessure - heureusement - ni de...










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant