La Tunisie s'attaque aux ennemis de l'État

le
0
VIDÉO - Après les affrontements meurtriers de la veille, à Tunis, les dirigeants islamistes d'Ennahda justifient l'usage de la force contre les salafistes.

«Je considère que ce jour, même si ce n'était pas un jour de joie, est un jour de victoire pour la loi et pour l'État. Il constitue une nouvelle étape dans les rapports entre l'État et la violence.»

Au lendemain d'une journée d'affrontements meurtriers à Tunis, Rached Ghannouchi, le leader du parti islamiste Ennahda, majoritaire au pouvoir, reçoit les journalistes plus facilement qu'à l'accoutumée. La veille, le gouvernement que son parti dirige, s'est montré intraitable. Les forces de l'ordre ont réussi à empêcher le meeting d'Ansar al-Charia (les «Partisans de la Charia») qui devait réunir plusieurs milliers de djihadistes à Kairouan (à 150 km au sud de Tunis). Les forces de l'ordre ont contenu les affrontements dans un quartier défavorisé de Tunis après que l'organisation salafiste eut appelé ses...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant