La Tunisie mise sur un printemps touristique

le
0
Le secteur, qui représente 6,5% du PIB, s'est effondré pendant la révolution.

De notre envoyée spéciale à Hammamet.

«Génial, absolument génial!» Bruno Perrin, 61 ans, n'en revient toujours pas. Lui qui pensait profiter d'une offre spéciale «crise» pour paresser au bord de l'eau, se retrouve à faire du «tourisme post-révolutionnaire» sur les plages de la station balnéaire d'Hammamet. Attablé au bar de l'hôtel Sultan, quasiment désert, cet irréductible de la Tunisie ne regrette pas d'avoir ignoré les mises en garde de l'ambassade de France qui conseille, sur son site Internet, de «différer tout voyage qui n'aurait pas un caractère d'urgence». Ce jour-là, après avoir dévoré les caricatures anti-Ben Ali de La Presse, l'ex-porte-voix du régime libéré de ses carcans, il s'est offert une visite bien particulière: celle de la villa de Belhassen Trabelsi, le beau-frère du président déchu. Ou, du moins, ce qu'il en reste. La preuve sur son appareil photo numérique: des murs remplis de graffitis, des fils électriques dépouillés de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant