La Tunisie face à une nouvelle flambée de violences

le
0
Le week-end a été marqué par des affrontements, parfois mortels, en province. Le gouvernement de transition a annoncé la dissolution prochaine du RCD, le parti du président déchu Ben Ali.

Le week-end a été particulièrement violent en Tunisie. Si, dimanche soir, un calme précaire était revenu dans la ville du Kef, au nord-ouest du pays, de violents affrontements entre l'armée et des jeunes s'y sont déroulés pendant deux jours. Samedi, l'immeuble de la police a été en partie incendié par des manifestants qui exigeaient le départ du chef de la police locale. Dimanche, il a été à nouveau pris pour cible, cette fois par des bandes de jeunes qui se sont ensuite livrés à des pillages à travers la ville, selon des sources syndicales. L'incendie a été «maîtrisé par les pompiers qui ont travaillé sous la protection de l'armée», a déclaré un syndicaliste. Les heurts de samedi ont fait quatre morts de source syndicale et deux selon le ministère de l'Intérieur. Aucun bilan n'était disponible pour dimanche.

Dans la nuit de samedi et dimanche, les troubles ont gagné la ville de Kébili, au sud du pays, où un jeune est mort après avoir reçu une grenade

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant