La Tunisie dans l'impasse

le
0
Les manifestants réclament le départ du gouvernement à Tunis.
Les manifestants réclament le départ du gouvernement à Tunis.

Ce 23 octobre devait être le début d'un dialogue national visant à sortir le pays de la crise politique, mais la Tunisie aura finalement connu une autre journée de deuil. Sept agents de la garde nationale ont trouvé la mort dans des affrontements avec des hommes armés près de Sidi Bouzid, dont le chef de la brigade antiterroriste. La semaine dernière, deux autres officiers avaient été tués dans des échanges de tirs avec des terroristes à 60 kilomètres de Tunis. Les opérations qui ont duré deux jours ont fait neuf morts parmi les combattants. Le dialogue national devait pourtant sortir le pays de la crise politique qui paralyse la Tunisie depuis l'assassinat fin juillet du député de gauche Mohamed Brahmi. L'enquête sur sa mort n'a pour l'instant débouché que sur de maigres résultats. Cet été, une soixantaine de députés ont quitté l'Assemblée, qui a repris ses travaux, mais pas l'examen de la Constitution. Quatre organisations négocient depuis plusieurs semaines avec gouvernement et opposition pour jeter les bases d'une feuille de route. En jeu : la démission du gouvernement dirigé par Ali Larayedh d'Ennahda et le retour des députés en vue de la reprise des discussions sur la Constitution. Le parti islamiste a assuré à plusieurs reprises que Larayedh ne démissionnerait qu'après la fin des travaux de l'Assemblée constituante, mais beaucoup pariaient sur un engagement ferme aujourd'hui. L'incident terroriste a perturbé les pronostics et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant