La tuerie de l'Aude est bien un crime passionnel

le
0
LA TUERIE DE MONZE ÉTAIT UN CRIME PASSIONNEL
LA TUERIE DE MONZE ÉTAIT UN CRIME PASSIONNEL

TOULOUSE (Reuters) - La piste du crime passionnel a été confirmée mercredi pour la tuerie de l'Aude par le vice-procureur de Carcassonne, qui a annoncé que l'ancien compagnon de la femme assassinée dimanche en compagnie de son époux s'était suicidé.

Le magistrat a indiqué que le troisième corps, découvert mardi dans un fossé à proximité d'une voiture stationnée non loin du domicile du couple, était bien celui de l'ancien compagnon de la victime.

"Cet homme âgé d'une quarantaine d'années s'est suicidé après le double assassinat en se tirant un carreau d'arbalète dans la tête", a déclaré Philippe Romanello, ajoutant que l'hypothèse d'un crime solitaire était la plus plausible.

Des écrits, actuellement en cours d'analyse, ont également été retrouvés dans son véhicule.

"Dans ces lettres, il y annonçait la tuerie mais pour l'instant, nous ne connaissons pas encore les motivations de son geste", a précisé le magistrat.

Selon les premières investigations, cet habitant de Lorient, qui n'était pas connu pour des faits de violence, s'est rendu seul au domicile du couple à Monze, puis s'est donné la mort.

Il y a une quinzaine d'années, ce quadragénaire a été en couple durant quelques mois avec l'épouse assassinée, sans jamais avoir été mariée avec elle. Ils avaient eu ensemble un enfant, aujourd'hui âgé de 12 ans.

Les enquêteurs ont procédé à plus de mille prélèvements, en particulier sanguins, au domicile des époux assassinés.

Des vêtements ensanglantés, ainsi que des armes ressemblant à celles qui ont servi à tuer les victimes ont été retrouvées dans le véhicule de l'homme suicidé. Au total, 55 enquêteurs ont travaillé sur cette affaire.

Les deux victimes, un homme de 50 ans et son épouse de 40 ans, avaient déjà été mariées chacune de leur côté et quatre enfants étaient nés de ces unions précédentes.

Le bébé de 18 mois du couple a été retrouvé vivant dans une chambre de la maison familiale.

Julie Rimbert, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant