La troisième Europe d'Antonetti

le
0
La troisième Europe d'Antonetti
La troisième Europe d'Antonetti

Avec Lille, Frédéric Antonetti a l'occasion de disputer une nouvelle fois une compétition européenne. Chose qu'il a déjà faite à Bastia et à Rennes il y a longtemps. En restent des souvenirs mitigés.

Il n'a pas la réputation de jouer le haut de tableau. Par rebond, il n'a donc pas la réputation de disputer des compétitions européennes avec les équipes qu'il dirige. Et pourtant. Pourtant, l'Europe évoque des souvenirs précis à un Frédéric Antonetti bien conscient qu'il s'agit du top niveau dans le monde du ballon rond. Le palmarès de l'entraîneur ne compte d'ailleurs que deux lignes : un championnat de France de deuxième division en 2004 avec Saint-Étienne… et une coupe intertoto avec Bastia, dès 1997. De là à dire qu'il existe une histoire d'amour entre le coach et l'Europe ? La réponse est non. Au vu du prestige de l'intertoto et du peu d'expérience d'Antonetti avec l'Europe, on est loin du compte. Reste qu'il y a tout de même eu quelques épisodes hors frontières dans la carrière du Corse.

Des débuts prometteurs


La Corse, justement. C'est avec l'Île de Beauté que l'ancien joueur professionnel a très rapidement rencontré la Coupe d'Europe en tant que technicien. Propulsé à la tête de Bastia en 1994 à seulement 33 ans, Frédéric Antonetti consacre ses deux premières années à maintenir le club dans l'élite avant d'élever ses objectifs lors de la saison 1996-1997. Une des meilleures années pour le Sporting, qui termine septième et se donne le droit de participer à l'intertoto. "Fred était très jeune, et même s'il ne parlait pas de Coupe d'Europe dans le vestiaire, on savait qu'il avait l'ambition d'y accéder très vite, se rappelle Patrick Valéry, latéral de l'équipe cette année-là. Vu notre groupe, il savait qu'on allait rien lâcher. " Car Antonetti a construit une team de gros durs – avec notamment Franck Jurietti et Cyril Rool –, et en même temps un groupe de copains : "On était très, très soudé. On était toujours ensemble, on mangeait ensemble après les matchs et on allait boire un coup… On était une bande de potes comme on n'en voit plus beaucoup. Ce qui n'empêchait pas Fred de se montrer hyper actif. Il criait tout le temps !"

L'exploit portugais


En intertoto, Bastia ne se démonte pas. Après…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant