La "troïka" juge que le Portugal est sur la bonne voie

le
1
LES BAILLEURS DE FONDS DU PORTUGAL LUI ACCORDENT UN SATISFECIT
LES BAILLEURS DE FONDS DU PORTUGAL LUI ACCORDENT UN SATISFECIT

par Sergio Goncalves et Daniel Alvarenga

LISBONNE (Reuters) - Les bailleurs de fonds internationaux du Portugal lui ont adressé mardi un satisfecit, jugeant son programme de réformes en bonne voie, tout en prévenant toutefois que des défis et des risques subsistaient.

"L'objectif de déficit budgétaire de 2012 reste à portée. Avec les politiques actuellement suivies, l'objectif de déficit de 4,5% du PIB devrait être atteint, pour autant que les risques baissiers pour les perspectives économiques ne se concrétisent pas", écrit la "troïka" (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) dans un communiqué, au terme de son inspection trimestrielle.

Elle recommande donc le versement de la prochaine tranche, de 14,9 milliards d'euros, d'un prêt de 78 milliards d'euros accordé en échange de réformes.

"Le programme est en bonne voie mais des défis demeurent (...) L'économie portugaise restera confrontée à des obstacles", lit-on dans le document, dans lequel il est aussi prévu une contraction du PIB de 3,25% en 2012, conforme avec la dernière prévision de Lisbonne (-3,3%).

Mais la troïka voit une reprise lente se confirmer en 2013, soutenue surtout par l'investissement privé et l'exportation.

C'est également l'avis du commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn. "Pour l'essentiel, l'ajustement doit se faire en 2011 et 2012 et l'économie devrait recommencer à croître à partir de l'an prochain", a-t-il déclaré.

Le ministre portugais des Finances Vitor Gaspar a déclaré que le Portugal ne solliciterait pas de nouveaux financements autres que ceux liés à l'accord de renflouement.

"Nous ne demanderons ni plus de temps ni plus d'argent", a-t-il dit. "Le gouvernement ne donnera pas de signe autre que celui de respecter les modalités du programme."

Mais certains économistes jugent que le Portugal risque d'avoir à nouveau besoin de fonds, voire même de devoir restructurer sa dette à l'image de la Grèce.

Cependant, la troïka n'a pas manqué de signaler que pour autant que Lisbonne persévère dans la voie de la réforme "en mettant en oeuvre rigoureusement le programme, les Etats membres de la zone euro ont déclaré qu'ils étaient prêts à soutenir le Portugal jusqu'à ce qu'il ait regagné un accès au marché".

Le Portugal espère revenir sur le marché de la dette au second semestre 2013, en ramenant son déficit budgétaire à 4,5% du PIB cette année contre 5,9% en 2011, objectif qui avait été tenu grâce à un transfert de fonds exceptionnel des banques vers les comptes publics.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marshaka le mardi 28 fév 2012 à 17:04

    C'est facile pour la Troïka, c'est pas leur argent, c'est l'argent du peuple, eux ils se baladent en Europe, dépose des Mds dans différents pays, et doivent toucher des paquets de pognons, tout ca sur le dos des peuples, citoyens, debout, nettoyons la planète